ACCUEIL > SOCIETE > L’Office national de l’emploi lance son dispositif « ONE-Entreprendre » 


L’Office national de l’emploi lance son dispositif « ONE-Entreprendre » 

  28 février 2019 à 00h28min 0 Commentaire(s)



L’Office National de l’Emploi (ONE) a lancé officiellement, ce mercredi 27 février, à Libreville, le Fonds « ONE-Entreprendre », un Fonds constitué par les ressources issues des frais de gestion supportés par les employeurs signataires d’une Convention de partenariat dans le cadre du contrat d’apprentissage jeunesse (CAJ), d’un montant de 151.599.676 de francs Cfa.
La cérémonie de lancement officielle du fonds « ONE-Entreprendre », a été essentiellement ponctuée par les allocutions du ministre de l’Emploi, Nanette Longa Makinda, représentant le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé empêché et celle du directeur général de l’ONE, Hans Landry Ivala,

L’ « ONE-Entreprendre » a pour objectif de mettre ledit Fonds à la disposition des demandeurs d’emploi qui souhaitent s’orienter vers l’auto-emploi, un accompagnement spécifique pour le financement de leurs activités. 
Il sera par ailleurs, question de permettre à des personnes exclues du marché du travail et du système bancaire traditionnel de créer leur propre entreprise et donc leur propre emploi, grâce à ce mécanisme.

Concrètement, le Fonds sera alloué aux jeunes déscolarisés, aux jeunes peu scolarisés, ceux ayant des diplômes, les chômeurs de longue durée et les demandeurs d’emploi, disposant d’une Très petite entreprise (TPE) ainsi que les licenciés économiques, pris en charge dans le cadre d’un emploi social en accord avec l’ONE. 
Pour le ministre de l’Emploi, ce nouveau programme d’insertion vient renforcer les mesures qui existent déjà pour lutter contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale. L’originalité de ladite initiative réside, selon elle, « en ce que le Fonds est exclusivement approvisionné par les entreprises signataires du Contrat d’apprentissage jeunesse (CAJ), à travers le prélèvement d’une partie des frais de gestion ». 

A la suite des premières assises sociales de 2014 au cours desquelles une instruction avait été donnée d’un CAJ obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés, d’une part et comme critère d’accès aux marchés publics d’autre part, le membre du gouvernement a, entre autres, exhorté toutes les entreprises non signataires à emboîter le pas à celles qui l’ont déjà fait, afin de renforcer les partenariats public privé en cours.
Pour y parvenir, Nanette Longa Makinda a signifié qu’il est indispensable de construire une dynamique qui mobilise les acteurs économiques et institutionnels, issus du secteur public et des entreprises ; une dynamique dans laquelle s’inscrit le dispositif « ONE-Entreprendre ».

Reconnaissant l’esprit de citoyenneté des chefs d’entreprises signataires du CAJ et qui ont bien voulu unir leurs efforts pour promouvoir et accélérer la politique de l’emploi, Hans Landry Ivala a, au regard du nombre sans cesse croissant des personnes à la recherche d’un emploi (703 en 2017, 1034 en 2018 et 87 en 2019), déclaré que ce dispositif « ONE-Entreprendre » est constitué d’un Fonds dont le montant initial est de plus de 150 millions de F CFA auquel sera abondé mensuellement la somme de 3.000.000 de francs CFA, soit 36.000.000 millions par an grâce à la pérennité du mécanisme de répartition des frais de gestion dans la mise en œuvre du CAJ.

Le fonds « ONE-Entreprendre » sera domicilié dans un établissement de micro finance (EDG) pour servir de Fonds de garantie facilitant l’octroi de micro crédits aux porteurs de projets.
Au terme de la cérémonie, les entreprises signataires ont respectivement reçu des présents de la part de l’ONE. Total Gabon en première place, Sétrag en second, etc.