ACCUEIL > ECONOMIE > L’affaire Santallo défraie toujours la chronique


L’affaire Santallo défraie toujours la chronique

  15 mai 2017 à 22h13min 0 Commentaire(s)


Le conflit qui oppose depuis plusieurs moi à ce jour, Guido Santollo homme d’affaire Italo Franco Guinéen agé de 85 ans à l’Etat Gabonais est loin d’avoir connu son épilogue .
En attendant, l’opinion nationale scrute l’horizon, lorsqu’elle ne se perd pas tout bonnement en conjecture .

Arrivé au Gabon grâce à quelques imminent membre de la galaxie présidentielle, Guido Santallo a réussi le tour de passe de gagner les chantiers en violation flagrante du code des marchés publiques à partir de son entreprise BTP SERICOM.

A partir de sa colossale fortune qui lui aurait permis de pré-financer les chantiers, l’homme d’affaires est parvenu à finaliser certains grands travaux cas notamment des ponts sur la Banio, le Komo (Kango), la route Ndéndé-Mouila, etc…

A ce jour l’ardoise de l’Etat gabonais qui s’élève à 400 milliards de francs est à moitié déjà épongée puisque une source a indiqué que l’homme d’affaire Franco Italo aurait percu la moitié, il réclame donc 200 milliards de FCFA restants ainsi que plus de 100 milliards d’intérêts de retard de paiement.

Seulement l’Etat Gabonais qui qualifie cette dette de douteuse a remis celle -ci sur la table des juridictions compétentes , c’est ainsi que deux enquêtes judiciaires ont été ouvertes par le parquet du tribunal de première instance de Libreville pour faire la lumière sur ce dossier aux contours brumeux ?

L’homme d’affaire dit avoir pré-financer les chantiers mais l’on se demande a quelle hauteur les a t-il financer ?

S’agit-il d’emprunt auprès des banques locales ? en attendent que des réponses exactes soient données à ces interrogations, l’on regrette néanmoins que depuis lors Guido santullo ait décidé d’avoir l’Etat Gabonais à l’usure, ce a partir des invectives et des déclarations tapageuse dans la presse internationale du genre qu’il mettra le président Gabonais « un genoux à terre » dans un proche avenir

Nicholas Ntori : Gabontribune