ACCUEIL > ECONOMIE > La BAD accorde un prêt de plus de 41 milliards de FCFA au Gabon


La BAD accorde un prêt de plus de 41 milliards de FCFA au Gabon

  12 août 2018 à 13h55min 0 Commentaire(s)


Le ministre gabonais de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement, Jean Marie Ogandaga et le représentant résident de la Banque africaine de développement (BAD), Robert Masumbuko, ont procédé, ce mercredi à Libreville, à la signature de l’accord de prêt du projet d’appui à la diversification de l’Economie gabonaise (PADEG) pour une durée de cinq ans. 

Ce projet a pour objectif global de contribuer à une forte croissance et inclusive à travers l’amélioration du climat des investissements, le renforcement des capacités institutionnelles et la diversification de l’économie dans les secteurs prioritaires. 
Selon les termes contenus dans le projet d’accord paraphé par les deux parties, le montant prêté est destiné précisément, à l’allocation d’assistance technique d’au moins 100 petites et moyennes entreprises, à la création de 8.000 nouveaux emplois par les entreprises de la Zone économique spécial de Nkok, à la mise en place et à l’équipement des centres de formation aux 2ème et 3ème transformation, à déployer et à rendre opérationnel l’Office gabonais des recettes (OGR), à faire en sorte que les recettes fiscales, issues du secteur hors pétrole, passent de 922 milliards de FCFA en 2017 à 1615 milliards de FCFA en 2022. 

Aussi, le PADEG prévoit-il, d’automatiser le guichet unique de la Zone économique spéciale de Nkok et de le relier avec le guichet unique portuaire. Il vise également à rendre opérationnel l’office gabonais des recettes qui va permettre de fusionner et d’optimiser la fiscalité de ‘’porte intérieure’’. 
Le ministre de l’Economie, dans son intervention, est revenu sur le bien fondé de ce prêt ainsi que les mécanismes prévus pour la bonne gestion de plus de 41 milliards de F CFA accordés au Gabon, pour financer la diversification de son économie. 

« Nous sommes là pour faire en sorte que le montant de plus de 42 milliards de F CFA, mis à la disposition de l’Etat gabonais et, qui vont passer par un compte à la banque centrale, non pas dans le compte d’un ministère, soient bien gérés. Ce compte unique du trésor a pour responsable premier le ministre de l’Economie, celui du Budget et le représentant résident de la BAD qui est là pour, non pas se mêler de la gestion, mais veiller sur le financement des projets identifiés dans la diversification de l’économie. Cela montre déjà à quoi cet argent va servir. Nous avons pour objectif de rendre notre économie compétitive. La compétitivité part notamment de la mise en œuvre des projets à forte intensité de main d’œuvre et fort potentiel de développement », a-t-il dit.

Pour sa part, le représentant résident de la BAD a illustré l’excellence des relations entre la BAD et le Gabon.
« Les relations entre le Gabon et la BAD sont excellentes. La BAD a été là en 2017 aux côtés du Gabon quand les temps étaient durs, mais aussi pour accompagner les efforts courageux exceptionnels pris par le gouvernement gabonais en 2017. Ce sont des engagements qui posent des fondements solides d’une nation engagée vers l’émergence. En ce qui nous concerne, le Gabon a été parmi les trois premiers grands clients de la banque en 2017. Quand nous l’avons accompagné dans la stabilisation macroéconomique, l’engagement était qu’en 2018, nous travaillerons sur les projets structurants qui touchent directement les PME et l’ensemble des acteurs de l’Agriculture », a-t-il dit.
Tout en rappelant que les investissements de la BAD sont estimés à plus d’un milliard de dollars pour 15 projets identifiés, il a annoncé que d’autres projets vont recevoir des financements dans un avenir proche. 

A noter que le PADEG est un appui institutionnel sollicité par le gouvernement gabonais, pour impulser une accélération au processus de diversification de l’économie et à la stratégie de la mobilisation des ressources internes, en conformité avec les instructions du président gabonais, Ali Bongo Ondimba.