ACCUEIL > ECONOMIE > La Banque mondiale annonce une hausse de 20 % des prix des matières premières en 2018 


La Banque mondiale annonce une hausse de 20 % des prix des matières premières en 2018 

  2 mai 2018 à 23h04min 0 Commentaire(s)


Les prix des matières premières connaitront une hausse durant cette année 2018, selon un communiqué de la Banque mondiale, publié le 24 avril dernier. Les prévisions annoncées dans l’édition d’avril du « Commodity Markets Outlook » indiquent que les prix des produits énergétiques, notamment le pétrole, le gaz naturel et le charbon vont augmenter de 20 % en 2018, soit une révision à la hausse de 16% par rapport à octobre 2017.

Selon les prévisions de la Banque mondiale (BM), le baril de pétrole devrait atteindre 65 dollars, soit environ 39 000 FCFA, en moyenne en 2018, contre 53 dollars près de 31 000 francs CFA en 2017, à condition qu’il y ait une demande soutenue et un contrôle des volumes de production.
Un montant qui devrait par ailleurs s’étendre jusqu’en 2019. « Même si une baisse des cours est attendue par rapport aux niveaux d’avril 2018, le maintien des accords de diminution des volumes de production par les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et les autres pays producteurs et la solidité de la demande soutiendront les prix », souligne ledit communiqué.

Pour ce qui est des prix des métaux, ils devront connaître une augmentation de 9% durant cette année, portée par une reprise de la demande et des contraintes du côté de l’offre.
Selon le même communiqué, l’indice des métaux devrait se redresser. Les prévisions relatives au prix des métaux pourraient également être revues à la hausse si la demande mondiale se révèle plus soutenue qu’anticipée.

Concernant les matières premières agricoles, les produits alimentaires et non alimentaires devront se rétablir de plus de 2 % en 2018, avec l’affaiblissement des perspectives d’ensemencement. Étant donné que les perturbations liées aux conditions météorologiques devraient être minimes.

Le Communiqué souligne également, qu’en dépit des perspectives de croissance vigoureuse à court terme, il sera difficile pour les pays en développement de maintenir leur rythme de progression et de parvenir à une croissance durable et solidaire face aux changements structurels de l’économie mondiale.
Rappelons que le rapport consacre un dossier spécial à la situation des pays exportateurs de pétrole depuis l’effondrement des cours en 2014.