ACCUEIL > ECONOMIE > La CIMA inaugure son nouveau siège à Libreville 


La CIMA inaugure son nouveau siège à Libreville 

  8 août 2017 à 21h50min 0 Commentaire(s)


Après plus d’une décennie d’itinérance à travers la capitale gabonaise, la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA) a désormais son propre siège. La cérémonie marquant le début de cette nouvelle ère a été actée ce 7 aout 2017 par le premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet en présence du président du Conseil des ministres de la CIMA, le togolais Sani Yaya.

D’un coût estimé à 6 500 000 000 de FCFA, la construction de ce nouveau siège a été rendue possible grâce à un emprunt contracté auprès des sociétés d’assureurs et de réassureurs implantés dans les 14 Etats de la zone CIMA. Ce nouvel édifice bâtit en plein centre administratif de la capitale gabonaise occupe une superficie totale de 2 482 m². Il mesure une trentaine de mètre de haut et comprend un rez-de-chaussée et sept niveaux avec un sous-sol de 900 m².

Prenant la parole au cours de cette cérémonie, le secrétaire général de la CIMA, le Camerounais Nchare Issofa a indiqué que « les premiers honneurs sont à l’Etat gabonais, sans lequel ce projet de siège n’aurait jamais vu le jour ». Et de poursuivre : « à travers cette réalisation communautaire, les Etats de la CIMA réaffirment leur engagement à poursuivre le challenge qu’ils se sont donné au moment de la création de cet organisme le 10 juillet 1992, à Yaoundé au Cameroun ».

A son tour, le président du Conseil des ministres de la CIMA, Sani Yaya a également exprimé sa satisfaction et reconnu l’implication des autorités gabonaises quant à l’heureux aboutissement de ce projet. « Cet immeuble représente un puissant outil de travail et, surtout d’intégration régionale. Il témoigne enfin de l’engagement sans faille des autorités gabonaises, pour le bon fonctionnement de la CIMA. », a-t-il déclaré.

En mettant un terme à cette cérémonie, le premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet a souhaité que ce nouvel outil puisse permettre à la CIMA de booster son fonctionnement et son rendement. « Disposant désormais d’un cadre de travail idéal et des plus agréables, je reste persuadé que cette nouvelle infrastructure va davantage galvaniser le personnel et pousser le secrétariat général vers plus d’efficacité. », a-t-il conclu.