ACCUEIL > ECONOMIE > La GSEZ ouvre ses exploitations aux leaders religieux


La GSEZ ouvre ses exploitations aux leaders religieux

  14 février 2019 à 23h03min 0 Commentaire(s)


Une cinquantaine de pasteurs et imams visitant, mercredi, les exploitations de la Gabon Special Economic Zone (GSEZ), situées à 27 km de Libreville, se sont émerveillés de l’envergure des projets menés. Non sans évoquer de possibles partenariats avec la GSEZ, pour l’avancement de l’oeuvre de Dieu. 

Après la presse, les syndicats et les Organisations non gouvernementales, le tour est revenu aux confessions religieuses d’aller à la découverte des activités d’Olam et de la GSEZ dans le pays. Le port cargo d’Owendo, et la Zone économique à régime privilégié de Nkok ont été les deux premières étapes de ces visites. 

Des sites au sortir desquels les hommes de Dieu se sont dits « émerveillés », au regard des investissements consentis par la GSEZ, et de la forte employabilité des exploitations visitées. Toute chose qui est gage d’une baisse du chômage au Gabon. Et partant, d’avancées dans la lutte contre la pauvreté qui préoccupe particulièrement les confessions religieuses. Au port cargo d’Owendo, les hommes de Dieu se sont plu à découvrir une infrastructure moderne-livrée il y a deux ans- implantée sur un quai de 420 mètres linéaire.

Une extension de ce quai est d’ailleurs en cours de finalisation, pour un linéaire total qui va approcher les 800 mètres. Les pasteurs et imams ont surtout appris que ce port cargo emploie près de 900 personnes par mois (en emplois directs et indirects), dont 90% de locaux. Tout aussi intéressant, la GSEZ s’attelle à appliquer sa responsabilité sociale dans plusieurs pans de la vie des employés, dont l’aide au logement, qui est déjà effectif pour 60% des travailleurs. A travers ce port, enfin, la GSEZ ambitionne de positionner le Gabon comme une référence sous régionale dans le domaine. 

Puis c’est la Zone économique de Nkok qui a ouvert ses portes à la délégation. Celle-ci a fait le tour de ce complexe multisectoriel de 560 hectares, pour 66 entreprises déjà opérationnelles, et 3200 emplois créés. Dans les entreprises de transformation de bois, de production d’eau ou de batteries de voitures qui ont été visitées, les pasteurs et imams se sont assurés de la qualité des produits finis, tout comme du bon traitement des employés.

Le président de l’Eglise évangélique du Gabon, Augustin Bouengoune, a dit son satisfécit : « nous sommes émerveillés par ce que nous avons vu et entendu. Parce que nous pensons que nous sommes sur la voie du développement…Ces entreprises répondent à certaines attentes des populations, dont le problème de la lutte contre la pauvreté. C’est ce problème qu’on essaye de résoudre. Nous sommes aussi là pour penser aux compatriotes qui travaillent et vivent dans ces zones, qui ont besoin de la parole de Dieu, qui ont besoin que leurs enfants soient enseignés. Nous pouvons accompagner les entreprises dans ce sens. Et l’accompagnement sera certainement réciproque, pour la création et la mise en place d’églises, d’écoles, de mosquées ». 

Comme lui, l’Imam Abdoul Fatah Mombakala, du Conseil supérieur des Affaires islamiques, a qualifié les investissements d’Olam et de la Gsez comme « un don de Dieu pour le Gabon ». Cette excursion, a-t-il dit, les a rassurés quant à tout ce qui se racontait sur ces activités. « Souvent on a besoin de voir pour raffermir son cœur. Ce que nous avons vu aujourd’hui, rassurez-vous, nous en serons désormais des ambassadeurs…Je refuse d’être de ceux-là qui, lorsqu’on leur montre les charmes de la rose, s’arrêtent à parler des épines de la rose ».

Des ambassadeurs de ce qu’ils ont vu. C’est aussi le rôle qu’a souhaité leur assigné le Coordonnateur de cette visite, Dieudonné Minlama Mintogo. Ce dernier, à travers ce partenariat naissant avec les confessions religieuses, attend aussi mettre en pratique cette Parole tirée du Livre de Psaumes, dans la Bible, et qui dit que quiconque bâtit sans Dieu bâtit en vain.