ACCUEIL > ECONOMIE > Le Budget opérationnel 2017 de la CEEAC estimé à 1 920 702 000 F CFA


Le Budget opérationnel 2017 de la CEEAC estimé à 1 920 702 000 F CFA

  1er mai 2017 à 22h20min 0 Commentaire(s)


Les ministres membres au conseil de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont validé, samedi à Libreville, le budget opérationnel de l’année en cours de l’ordre de un milliard neuf cent vingt millions sept cent deux mille de francs CFA (1 920 702 000 F CFA).

Sous l’égide du ministre d’Etat gabonais, en charge des Affaires étrangères, de la Francophonie et de l’Intégration régionale, Pacôme Moubelet-Boubeya, les participants à ces assises, qui ont duré deux jours, ont également validé le projet de décision modifiant la décision n°30/CEEAC/CCEG/XIII/07 du 30 octobre 2007 fixant la clé de répartition des contributions annuelles au budget de la CEEAC. La nouvelle clé de répartition qui sera soumise au président en exercice, Ali Bongo Ondimba, pour adoption, se présente comme suit : Angola (11%) ; Cameroun (11%) ; Congo (11%) ; Gabon (11%) ; Guinée Equatoriale (11%) ; RD-Congo (10%) ; Tchad (10%) ; Rwanda (10%) ; Burundi (5%) ; RCA (5%) ; et Sao Tomé et Principe (5%).

Aussi, les ministres ont adopté le projet de décision portant agrément d’un cabinet d’experts comptable faisant office de commissaire aux comptes du secrétariat général pour les exercices 2017, 2018 et 2019.

En clôturant les travaux, le président de séance, Pacôme Moubelet-Boubeya a indiqué que les rencontres de ce genre ne doivent pas uniquement servir de cadre pour faire le plaidoyer pour l’intégration régionale, elles doivent également donner l’occasion de trouver des voies et moyens en vue de permettre à la sous région d’accéder à une étape supérieure faisant de l’Afrique centrale un pole de croissance mondiale à part entière.

‘’Dans un avenir proche, nous devons progresser dans la mise en œuvre de solutions inclusives pour accélérer notre intégration et nous permettre de passer de 3% des échanges intracommunautaires aujourd’hui à plus de 20% comme c’est le cas en Asie’’, a-t-il souligné.

Pour lui, compte tenu de l’effritement des solutions multilatérales proposées par les partenaires, l’intégration sous régionale reste le moyen le plus sûr de renforcer la résistance de cet espace communautaire aux chocs extérieurs par sa diversification et la création d’un vaste marché.

Les ministres n’ont pas manqué d’exprimer leur gratitude au président gabonais, Ali Bongo Ondimba, président en exercice de la CEEAC, pour son leadership et son engagement constant en faveur de l’intégration régionale en Afrique centrale.