ACCUEIL > ECONOMIE >   Le Groupe Total chercherait-il à se désengager de sa filiale Gabon ?


  Le Groupe Total chercherait-il à se désengager de sa filiale Gabon ?

  11 juillet 2018 à 21h00min 0 Commentaire(s)


Saisis à maintes reprises par l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), suite aux revendications du personnel de sa filiale du Gabon, les responsables du Groupe Total ne daignent réagir. Cette inaction s’expliquerait, selon le secretaire général de l’ONEP, Sylvain Mayabi Binet, par le fait que les dirigeants de ce groupe français chercheraient des occasions pour se désengager de sa filiale du Gabon, qui ne représenterait qu’un pourcent (1%) de son chiffre d’affaire. 

Les employés de Total Gabon sont en grève, depuis le lundi 9 Juillet dernier. Malgré les tentatives de conciliation du ministre du Travail et de l’inspecteur du travail chargé du secteur pétrole, la direction générale ne veut nullement satisfaire les revendications de ses employés dont certaines sont tout à fait légales du point de vue du Code du travail gabonais.

Selon le secrétaire général de l’ONEP, Sylvain Mayabi Binet, que nous avons joint au téléphone, ce statut quo, serait entretenu par la direction générale de Total Gabon, qui veut pourrir la situation.
« Avant le lancement de la grève, nous avons saisi les dirigeants du Groupe Total, à qui nous avons adressé plusieurs courriers. Mais c’est le mutisme. D’après certaines indiscrétions, ce silence serait fait à dessein, car Total chercherait des occasions pour se désengager de sa filiale du Gabon, qui ne représente que 1% de son chiffre d’affaires », explique le SG de l’ONEP.
Aussi, face à l’attitude des dirigeants de Total, qui se montrent indifférents face aux revendications de ses employés en refusant de négocier, l’ONEP menace de durcir son mouvement si rien ne change au bout des deux semaines de grève.

« Par cette grève, nous voulons attirer l’attention du gouvernement et de l’employeur. Sans quoi, nous allons durcir ce mouvement. L’administration doit obliger Total à négocier », a martelé M. Mayabi Binet.

« La Direction générale de Total Gabon joue au bandit. Elle veut pourrir la situation sachant bien que les revendications de ses employés sont légitimes et légales. Elle nous a appelés à la table des négociations pour discuter uniquement du service minimum. Mais quant aux différents points de revendications de ses employés, elle ne veut rien entendre », a-t-il ajouté. 

Pour rappel, les employés de Total Gabon revendiquent, entre autres, un nouveau système de rémunérations, un plan de carrière, le paiement du 13ème mois,etc.