ACCUEIL > POLITIQUE > Le PDG se réjouit de la victoire d’Ali Bongo Ondimba contre Pierre Péan 


Le PDG se réjouit de la victoire d’Ali Bongo Ondimba contre Pierre Péan 

  9 octobre 2017 à 00h47min 0 Commentaire(s)


Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), par la voix de son porte-parole, Fidèle Angoué Mba a exprimé sa satisfaction, vendredi au cours d’un point de presse, après le verdict de la justice française qui a donné raison au président gabonais, Ali Bongo Ondimba qui avait introduit une plainte contre le journaliste français Pierre Péan, pour diffamation publique envers particulier.

"Le Parti démocratique gabonais a pris connaissance et a noté avec une très grande satisfaction, le verdict rendu par le tribunal de Paris, le jeudi 5 octobre 2017, verdict relatif à la plainte avec constitution de partie civile, le 7 novembre 2014 par le distingué camarade président, Ali Bongo Ondimba, auprès du doyen des juges d’instruction du tribunal de Paris, pour diffamation publique envers particulier", a-t-il dit le porte-parole du PDG.

Fidèle Angoué Mba a tenu à féliciter Ali Bongo Ondimba pour avoir fait preuve de sagesse tout au long de cette affaire.

‘’Le PDG félicite le distingué camarade président Ali Bongo Ondimba pour avoir fait preuve de hauteur d’esprit et d’une grande sérénité durant cette période, il lui réitère son indéfectible attachement et invite le peuple gabonais à défendre l’honorabilité des ses dirigeants pour que notre pays, le Gabon, poursuivre sa marche progressive vers le développement", a-t-il dit.

Le parti au pouvoir appelle ses militants en particulier et les gabonais en général à faire preuve de discernement et de vigilance au vu des multiples tentatives de déstabilisation du pays.

Pour M. Angoué Mba, le PDG espère et souhaite que l’exemple de Pierre Péan servira dorénavant aux adeptes de la diffamation publique envers particulier et que l’opposition gabonaise "agitatrice" par ce verdict.

Rappelons que Pierre Péan a publié aux éditions Fayard son ouvrage "Nouvelles affaires africaines et pillages au Gabon" le 29 octobre 2014, où il avait cité le président gabonais comme responsable de crimes financier et humain.