ACCUEIL > SOCIETE > Le ROSCEVAC et le chapitre Gabon de l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA GABON)


Le ROSCEVAC et le chapitre Gabon de l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA GABON)

  30 avril 2019 à 08h59min 0 Commentaire(s)


Le ROSCEVAC et le chapitre Gabon de l’Alliance Panafricaine pour la Justice Climatique (PACJA GABON) ont tenu le Forum Post-COP24, le samedi 27 Avril 2019. En effet, il s’agissait de faire la restitution de la participation de la société civile à la COP24 à l’Auditorium du Ministère des Eaux et Forêts.La cérémonie d’ouverture de cette restitution était présidée par Monsieur Nicaise Moulombi, Président Exécutif du ROSCEVAC et Président du conseil de surveillance du PACJA GABON, avec la Présence du Directeur Général de l’Environnement et de la protection de la nature Monsieur Emmanuel Ngoyi Bayani ; du Représentant de la Communauté Économique des États d’Afrique Centrale (CEEAC) Monsieur Honoré Tabuna, et de Monsieur Gaspard Nanekoula,juriste et Expert-CEMAC.

Pour rappel,la Conférence de Pologne de 2018 sur le climat était la 24e édition de la Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui s’est tenu du 2 au 15 décembre 2018 à la ville de Katowice. Deux objectifs visés était de faire aboutir les négociations sur les règles d’application de l’Accord de Paris et avancer sur le dialogue de Talanoa pour la relève de l’ambition d’ici 2020.

Ainsi, la COP24 malgré des difficiles compromis, a pu réunir 197 pays de la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique et s’accorder sur les règles d’application de l’accord de Paris, premier traité international sur le climat conclu en décembre 2015 à la célèbre COP21 à Paris.

Selon le Président Exécutif du ROSCEVAC qui a souligné dans son allocution que cette restitution s’inscrit dans le cadre de la dynamique de professionnaliser la société civile gabonaise en tant que partenaire au développement durable du pays et de la sous-region. « Nous étions à la COP24 à Katowice. Avant notre départ, nous avions animer une semaine d’action pour le climat, qui était une post-cop24 où nous avions receuillit l’avis de la société civile gabonaise et l’ensemble des autres acteurs afin d’avoir une position commune à la COP24 ; au retour de cette rencontre important, il fallait absolument faire la restitution de nos travaux et les partager avec l’ensemble des participants à ce Forum, pour qu’ils s’imprègnent des prises de décisions internationales et qu’elles puissent poursuivre le plaidoyer dans l’objectif l’opérationnaliser les engagements prit à la cop21 », a-t-il précisé.

Nicaise Moulombi, en sa qualité de Président du Conseil de Surveillance du PACJA n’a pas manqué de remercier les partenaires qui l’ont accompagnés dans leur mission et exhorté ainsi les autorités à emboiter leur pas afin qu’ils puissent mener à bien leur mission.

Pour le Coordonnateur National du PACJA GABON, Monsieur Fabrice Ntchango, le Gabon fut le premier pays à élaboré et adopté sa Contribution déterminée nationale (CDN) qui présente l’ensemble de ses engagements d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques d’ici 2025, avec un objectif ambitieux de réduire de 50% le taux d’émissions de gaz à effet de serre. Il a affirmé que le Gabon bien que faible contributeur à l’émission globale de gaz à effet de serre, s’est engagé dans le cadre de sa CDN à réduire les émissions de gaz à effet doit tout mettre en rouvre afin que des actions concrètes soient mise en oeuvre afin d’accélérer la mise en œuvre de la CDN.

« Le défi mondiale à l’horizon 2050 serait de parvenir à renverser la tendance actuelle serait totalement, bien que non contraignant le Gabon doit l’opérationnaliser son engagement afin de maintenir son leadership en terme de gouvernance climatique en Afrique », a-t-il souligné . Ainsi, il a expliqué que les changements climatiques auront de graves conséquences dont la forte augmentation des températures, la diminution des ressources en eau, la forte variabilité de la pluviométrie, la diminution des rendements agricoles, et de nombreuses catastrophes qui pourraient nous surprendre si l’on ne passe pas vite à l’action .

« Qu’est ce que la société civile gabonaise souhaite aujourd’hui ? La justice climatique, le financement pour accompagner ses actions pour l’adaptation au climat dans les domaines agricoles, des droits humains, des énergies propres, en impliquant les jeunes et les femmes affectés directement par les conséquences des changements climatiques. Il est donc important de mettre en œuvre des mesures d’adaptation innovantes pour faire face à ce risque et de saisir les opportunités qu’offrent les changements climatiques », a-t-il averti.

Le Directeur de l’Environnement et de la Protection de la nature, Monsieur Emmanuel Ngoyi Bayani , a remercié le ROSCEVAC et le PACJA pour l’initiative noble à l’endroit de la société civile gabonaise qui vise à faire prendre conscience des multiples défis environnementaux et de pouvoir s’impliquer pleinement dans les actions de lutte contre les changements climatiques. Il a signalé que la survie des populations du monde dépend encore, et toujours du bon fonctionnement de nos écosystèmes, et de la bonne gestion de notre environnement. Selon lui, cette restitution est organisée pour catalyser la mobilisation de la société civile gabonaise autour d’idées novatrices sur les changements climatiques. Il sera à coup sûr d’une valeur ajoutée, a-t-il estimé.