ACCUEIL > POLITIQUE > Le gouvernement gabonais s’active pour l’organisation des élections législatives


Le gouvernement gabonais s’active pour l’organisation des élections législatives

  22 mai 2018 à 21h56min 0 Commentaire(s)


Le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet a présidé, vendredi à Libreville, une réunion préparatoire relative à l’organisation prochaine des élections législatives, en conformité aux instructions données par le président de la République à la nouvelle équipe gouvernementale.

Au cours de cette réunion, il a été question pour le gouvernement de se préparer à son niveau notamment dans son champ d’intervention qui se limite notamment sur la mobilisation des moyens financiers, du matériel électoral et d’autres moyens roulants devant être mis à la disposition du Centre gabonais des élections (CGE) qui a désormais mandat de fixer la date et d’organiser les élections en République gabonaise.
Dans son intervention, le ministre en charge de l’Intérieur, Lambert Noël Matha a rassuré que le Gouvernement va mettre tout en œuvre pour une organisation des élections dans les « meilleurs délais ».

Pour préparer au mieux cette échéance, le Premier ministre a décidé d’instaurer deux séances de travail hebdomadaire pour « lever les écueils, les ambiguïtés qui peuvent fragiliser le processus, affiner les stratégies à même de garantir la bonne tenue des élections législatives » avec pour objectif une meilleure organisation qui garantira la sincérité et la transparence du scrutin, conformément aux orientations du président gabonais.

Déjà, le 18 mai dernier, en prélude à la révision annuelle de la liste électorale, activité régalienne du ministère de l’Intérieur, et inscrite en amont des consultations électorales, les grands formateurs qui sont chargés de former les formateurs qui encadrent les Agents enrôleurs sur le terrain, étaient en formation au Delta Postal, siège du ministère, les 17 et 18 mai courant.

Cette formation avait pour but de revisiter quelques notions fondamentales nécessaires au démarrage des opérations d’enrôlement des compatriotes, dans le cadre de la révision de la liste électorale pour l’année 2018.

Deux modules ont été soumis à ces experts de l’informatique issus du ministère de l’Intérieur et de l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (ANINF) à savoir l’architecture organisationnelle et la gestion d’un kit d’enrôlement.
Après le rafraîchissement de ces notions par les grands formateurs, ces derniers formeront par la suite, les formateurs qui, à leur tour, formeront les agents enrôleurs sur l’ensemble du territoire national.

Ces formations durent généralement 48 heures car, il s’agit en réalité de mettre au goût du jour les notions assimilées par ces personnels qui sont déjà familiers de cet exercice depuis 2012, année de lancement de la première campagne d’enrôlement à l’effet de produire une liste électorale sur la base des données biométriques.

La réunion a vu la présence des ministres d’Etat en charge de la Défense, Etienne Massard Kabinda Makaga, du ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, du ministre délégué en charge du suivi des Actes du Dialogue Politique, Raymond Placide Ndong Meyo, et la ministre déléguée au Budget et des Comptes Publics, Irène Lindzondzo.