ACCUEIL > POLITIQUE > Le gouvernement réaffirme son engagement dans la mise en œuvre des résolutions du dialogue politique 


Le gouvernement réaffirme son engagement dans la mise en œuvre des résolutions du dialogue politique 

  11 octobre 2017 à 00h09min 0 Commentaire(s)


Le porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilié-By-Nzé, a exprimé, vendredi au cours d’une conférence de presse, la volonté de l’équipe gouvernementale de mettre en application les consensus du dialogue politique d’Angondjé.

"Nous avons pris l’engagement en tant que gouvernement auprès du chef de l’État de faire en sorte que les résolutions issues du dialogue politique d’Angondjé soient progressivement traduites en actes législatif et réglementaire. Il apparait nécessaire de commencer par la Constitution. Après celle-ci, il y aura des lois organiques, les lois ordinaires, les décrets de mise en œuvre des textes d’application", a-t-il dit.

"Le gouvernement travaille avec d’autres institutions compétentes à faire en sorte que les autres textes qui viennent appuyer cette révision soient pris à temps parce qu’il y a les élections législatives qui arrivent,"a-t-il ajouté.

Alain Claude Bilié-By-Nzé a rappelé que la question du redécoupage va être intégrée dans la loi organique et pas dans la Constitution, lorsque tout le monde sera tombé d’accord.

Sur la question du respect des délais, il a dit que le gouvernement travaille pour le respect desdits délais. Il a annoncé que le comité de suivi sera mis en place au même titre que le gouvernement l’a été.

Il faut rappeler que plusieurs éléments vont faire l’objet de révision. Il s’agit notamment du retour du scrutin à deux tours, l’alignement des mandats, le mandat unique de 9 ans pour les membres de la Cour constitutionnelle, la transformation du Conseil national de la communication en une autorité de régulation, la création de Haute cour de justice, etc.

Par ailleurs, intervenant sur la situation des frais d’écolage à l’Université Omar Bongo (UOB), il a dit le gouvernement a réajusté l’arrêté portant augmentation des frais pris le ministre sortant, Denise Mekam’ne. Pour lui, le gouvernement n’a pas reculé sur cette mesure.