ACCUEIL > POLITIQUE > Législatives 2018 : Alexandre Barro chambrier prend acte de sa défaite


Législatives 2018 : Alexandre Barro chambrier prend acte de sa défaite

  1er novembre 2018 à 10h03min 0 Commentaire(s)


Donné perdant au regard des résultats publiés par le Centre Gabonais des Elections (CGE), Alexandre Barro Chambrier (48,08%), le porte étendard du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) a reconnue, mardi au cours d’un point de presse, sa défaite face à Severin Pierre Ndong Ekomie (51,91%), le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir).
 
Candidat malheureux au second tour de l’élection législative du 27 octobre dernier, Alexandre Barro Chambrier a animé un point de presse mardi dernier à son quartier général d’Awendjé. Candidat du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) au 1er siège du quatrième arrondissement de Libreville, ce dernier a reconnu sa défaite face à Severin Pierre Ndong Ekomie, le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG).

Dénonçant pèle mêle ce qu’il a qualifié de « victoire au forceps du candidat du PDG », Alexandre Barro Chambrier a condamné l’intervention du Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet, dans le processus électoral, en plus de l’achat des électeurs et des formes d’intimidations qui ont eu cours le jour du scrutin. 
« Outre les irrégularités du 1er tour, il faut ajouter, pour expliquer dans une large mesure la victoire au forceps du candidat du PDG, l’implication personnelle du Premier ministre qui n’a pas hésité à descendre dans l’arène, à recourir au tribalisme, à l’chat des consciences », a-t-il déclaré.

Plus loin, a-t-il indiqué, « au total, tous les moyens à la disposition de l’Etat ont été mis en œuvre pour me faire perdre cette élection comme cela avait été planifié. Etant demeuré parmi les rares leaders de l’opposition au 2ème tour, le pouvoir PDG ne pouvait admettre une autre issue ».

Toutefois, malgré ces irrégularités, Alexandre Barro Chambrier a dit avoir accepté sa défaite, mais aussi qu’il ne fera aucun recours. « En allant à cette compétition, nous connaissions aussi les méthodes du parti au pouvoir », a-t-il dit pour justifier sa décision.

 
Toujours aussi déterminé à faire triompher les idéaux de justice, de progrès, de liberté du peuple gabonais, il a dit continuer son combat contre l’oppression, l’obscurantisme et la gabegie. 

Au sujet de l’organisation du scrutin et de la large victoire du parti au pouvoir, l’opposant au régime a souligné que « le peuple gabonais n’a rien à attendre de l’écrasante victoire remportée par le PDG. Les problèmes auxquels il est quotidiennement confronté ne disparaîtront pas pour autant, ils demeureront avec encore plus d’acuité ».