ACCUEIL > POLITIQUE > Législatives 2018 : La presse privée sera impliquée dans la couverture médiatique


Législatives 2018 : La presse privée sera impliquée dans la couverture médiatique

  11 juillet 2018 à 20h58min 0 Commentaire(s)


Au cours d’une rencontre tenue, ce mercredi à Libreville, avec les responsables de la presse audiovisuelle publique et privée, le président de la Haute autorité de la Communication (HAC), Raphaël Ntoutoume Nkoghé, a déclaré que la presse privée, qui a toujours été marginalisée dans la couverture médiatique des élections au Gabon , sera désormais prise en compte au même titre que la presse publique à partir des élections législatives à venir, non sans appeler au respect de l’équité dans la couverture médiatique de la campagne de tous les candidats et le traitement équitable de l’information électorale. 

Réagissant sur la stigmatisation dont sont victimes les médias privés et relevée par ses représentants présents à la rencontre, le président de la HAC a indiqué que tout est mis en œuvre pour mettre un terme à cette pratique.

« La presse privée tout comme la presse publique sera impliquée dans la couverture des élections à venir. Toutes les équipes qui seront déployées sur le terrain, auront des accréditations pour leur permettre de couvrir, de manière équitable, les activités de campagne de tous les candidats. Nous allons répercuter cette information au niveau des responsables des partis politiques ou représentants des candidats. Ces derniers auront d’ailleurs à signer un code de bonne conduite, le but étant de réserver un bon accueil à la presse », a dit Raphaël Ntoutoume Nkoghé. 


  
Le président de la HAC a fait savoir aux uns et aux autres que la couverture des activités de campagne de chaque candidat sur le terrain, sera diffusée dans le « journal de campagne » qui sera diffusée dans tous les médias audiovisuels, publics et privés. A cela s’ajoute, un accès équitable des candidats à travers leurs représentants, dans l’émission « le débat » qui sera animée par les journalistes de la presse publique et privée. 

Se référant au nouveau Code électoral, le président de la HAC a attiré l’attention des responsables des médias, sur l’obligation d’une couverture équitable de la campagne de tous les candidats.

« Si un candidat se plaint auprès de la Cour constitutionnelle pour n’avoir pas bénéficié d’une couverture, si cette information est avérée, l’élection du siège sera purement et simplement annulée », a-t-il affirmé, tout en indiquant que la HAC dispose d’un monitoring qui sera mis en place pour la conservation des diffusions. 

Toujours dans le cadre de l’implication de tous les médias, il a fait savoir que toute la publicité institutionnelle qui était exclusivement du ressort des médias publics, sera également diffusée dans les médias privés. 

Pour terminer, partant les dérapages enregistrés lors de la dernière élection présidentielle de 2016, il a rappelé que la proclamation des résultats, conformément à la loi, relève des autorités administratives et non des médias. 

« Les tendances relayées souvent par les médias par rapport seulement à une partie des bureaux de vote, ne sont pas des sources officielles, puisque chacun donne ses tendances et cela engendre des confusions au sein de l’opinion. Tout ceci est irresponsable », a-t-il conclu.

Rappelons que les mêmes informations ont été données aux responsables de la presse privée écrite et en ligne publique et privée, il y a une semaine.
La Haute autorité de la Communication aura pour mission de veiller au respect de l’expression de la démocratie et la liberté de la presse sur toute l’étendue du territoire, à l’accès des citoyens à une communication libre, au traitement équitable par les médias publics de tous les partis politiques et associations politiques reconnus ainsi que de la société civile, au respect par les médias publics des règles et conditions de production, de programmation et de diffusion des émissions relatives aux campagnes électorales. 

A l’issue de la rencontre, les responsables des médias publics et privés, présents, ont exprimé leur satisfaction quant au nouveau mode de fonctionnement de la HAC.