ACCUEIL > POLITIQUE > Législatives 2018 : Mise en place imminente du Centre Gabonais des Elections


Législatives 2018 : Mise en place imminente du Centre Gabonais des Elections

  8 mars 2018 à 12h19min 0 Commentaire(s)



Au cours d’une réunion qu’il a eue, ce mercredi 7 mars à Libreville, avec les responsables des partis politiques légalement reconnus de la majorité comme de l’Opposition, le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha a annoncé la mise en place imminente du Centre gabonais des élections (CGE), organe qui aura désormais la charge d’organiser les opérations électorales, conformément aux résolutions du dialogue politique d’Angondjé.

« Nous avons parlé du dialogue qui a amené au réaménagement des dispositifs en matière des élections. Je me devais de deviser avec vous, avant la prochaine échéance électorale, qui est l’organisation des élections législatives, sur la mise en place d’un acteur important du processus électoral qui est le Centre gabonais des élections ». C’est la grande innovation des assises d’Angondjé.

Les missions sont bien distinctes désormais, d’une part l’administration à travers le ministère de l’Intérieur s’occupera des opérations préélectorales. Et toute la gestion du processus électoral revient au CGE jusqu’à l’annonce des résultats », a dit le ministre de l’Intérieur.

« Vous savez que l’annonce des résultats a toujours constitué la pomme de discorde entre acteurs politiques. Je me devais de deviser avec vous sur cette question pour vous dire que c’est vous qui fixez les règles du jeu et que c’est à vous qu’il revient de faire en sorte que cette structure soit mise en place », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Intérieur a également rappelé que « la détermination du calendrier électoral est du ressort du Centre gabonais des élections et que c’est à cette structure qu’il reviendra de fixer la date des prochaines élections législatives ».

En réaction à l’intervention du membre du gouvernement, les responsables des formations politiques, exprimant la volonté de prendre part aux élections, ont posé les conditions de voir les conditions de transparence réunies, dans le but d’aboutir à des résultats crédibles qui ne souffriraient d’aucune contestation.

Il faut rappeler que le CGE comprendra, à parité, dix représentants issus des partis politiques de la Majorité et de l’Opposition. Ces derniers procéderont à l’élection du président, après le dépôt des candidatures à la commission ad hoc, laquelle comprendra huit membres paritaires relevant de l’Opposition et de la Majorité.