ACCUEIL > POLITIQUE > Législatives 2018 : la Majorité et l’Opposition veulent une organisation transparente et crédible 


Législatives 2018 : la Majorité et l’Opposition veulent une organisation transparente et crédible 

  8 mars 2018 à 12h24min 0 Commentaire(s)


Les différents responsables des partis politiques légalement reconnus de la Majorité et de l’Opposition ont souhaité, mercredi, à l’issue de la réunion avec le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, une organisation transparente des prochaines élections législatives.
Tout en sollicitant une deuxième réunion pour s’imprégner des nouvelles dispositions en matière électorale, le président de l’Union nationale, Zacharie Myboto a relevé l’importance de cette première rencontre relative à l’organisation des élections législatives.

« Le processus électoral commence dès maintenant, nous entamons le début du traitement des dossiers des élections, c’est la première réunion que le ministre de l’Intérieur a avec les responsables des partis politiques, et si nous sommes venus c’est parce qu’il est question d’une élection importante au regard des dispositions constitutionnelles de notre pays. Nous sommes des responsables et nous savons ce que nous avons à faire », a-t-il déclaré.

Pour sa part, le président des « Démocrates », Guy Nzouba-Ndama a exprimé la volonté de son parti politique de prendre part, dans des conditions de transparence, aux prochaines élections législatives.

« Nous n’allons pas aux élections en victimes expiatoires. Nous allons aux élections avec l’esprit de gagner, pour solliciter les suffrages de nos compatriotes, mais l’essentiel est que cela se fasse dans la transparence, dans le calme et la sérénité. Notre première contribution pour que l’élection se passe dans la transparence est de participer à ces élections, la deuxième contribution, c’est de faire en sorte que nos militants connaissent la loi et que les différents opérateurs chargés de gérer le processus connaissent également la loi. Nous aurons à envoyer les représentants dans les bureaux de vote, pour obliger les différents responsables.

Car dans certains bureaux de vote, l’assesseur qui a la charge de distribuer les cartes et les bulletins de vote soustrait certains bulletins pour rendre le vote nul connaissant la coloration politique de l’électeur. Il faut que nous soyons vigilants là-dessus, en préparant nos scrutateurs à ces petites astuces qui font que l’on mette les adversaires en difficulté », a précisé le président des « Démocrates ».
Quant au représentant du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Eloi Nzondo, a exprimé également le souhait de voir la transparence dans l’organisation desdites élections, pour éviter les contestations des résultats.

« Nous sortons de cette réunion en attendant la prochaine invitation du ministre de l’Intérieur, pour pouvoir mettre la commission paritaire à l’examen des dossiers de candidatures au poste de président du Centre gabonais des élections. Nous voulons tous une élection transparente, apaisée qui n’enregistre plus de contestations », a-t-il affirmé.

Des affirmations qui ont été également partagées par le président du Forum africain pour la reconstruction (FAR), Léon Mbou Yembi. Ce dernier a formulé le vœu que les prochaines élections soient transparentes et crédibles et que les vaincus arrivent à féliciter les vainqueurs, plutôt que de vouloir s’éterniser au pouvoir.

Il est à préciser que le ministre de l’Intérieur a rappelé que le gouvernement tient à ce que les prochaines élections législatives soient organisées dans la transparence, conformément aux instructions données par le président de la République, Ali Bongo Ondimba.