ACCUEIL > POLITIQUE > Législatives 2018 : la révision de la liste électorale imminente 


Législatives 2018 : la révision de la liste électorale imminente 

  28 mai 2018 à 22h58min 0 Commentaire(s)


L’opération de révision de la liste électorale est sur le point d’être lancée. Au stade de la formation des agents enrôleurs, dernière étape avant l’enrôlement des citoyens devant donner lieu à l’affichage de la liste électorale provisoire, on s’active au ministère de l’Intérieur pour hâter le processus.

Alors que s’égrène le compte à rebours pour l’organisation des élections législatives 2018, le ministère de l’Intérieur s’emploie à accomplir sa part de la tâche dédiée aux missions préliminaires de l’opération électorale : Inventaire du matériel électoral, formation des agents enrôleurs, révision de la liste électorale, implémentation de l’extension du nombre de sièges, l’édition des cartes d’électeurs, etc.

Si l’implémentation au logiciel d’enrôlement de l’agrandissement du nombre de sièges a déjà été effectuée (de 120 sièges à 143 sièges), de même que la formation des grands formateurs, issus du ministère de l’Intérieur et de l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (ANINF), à la maîtrise du kit d’enrôlement, il ne reste que l’étape de l’actualisation des connaissances pour les agents enrôleurs qui devra être assurée par les formateurs, lesquels, à leur tour, viennent de terminer leur formation. La révision de la liste électorale devrait avoir lieu au cours des deux semaines à venir, a récemment confié le ministre Matha.

Cette année, la durée de la période d’enrôlement est de 15 jours, non plus 45 jours comme par le passé, conformément aux dispositions transitoires des recommandations du dialogue politique d’Angondje. Une autre innovation permet à chaque citoyen de consulter son nom à travers la machine d’enrôlement et décider d’effectuer son changement de résidence sur le lieu d’enrôlement où il voudrait accomplir son vote.

Il n’est plus nécessaire de se rendre sur l’ancien siège pour radier de la liste son nom et de s’inscrire à nouveau dans un autre centre. Tout ceci est désormais possible sur le lieu du vote nouvellement choisi. Un certificat de changement de résidence sera à cet effet délivré.

Indépendamment des missions du ministère de l’Intérieur, le Centre gabonais des élections (CGE) entreprend ses activités. Il s’agit pour l’entité qui a la gestion de l’opération électorale de lancer l’appel à candidatures, recueillir les candidatures, les examiner, publier les candidatures, de fixer la date du scrutin et annoncer les résultats.