ACCUEIL > POLITIQUE > Législatives et locales 2018 : le PDG ira aux élections avec ses propres candidats


Législatives et locales 2018 : le PDG ira aux élections avec ses propres candidats

  25 août 2018 à 00h31min 0 Commentaire(s)


Le Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Éric Dodo Bouguenza a annoncé, ce jeudi à Libreville, au cours d’une conférence de presse, l’annulation des candidatures en ticket présentées avec le Centre des libéraux réformateurs (CLR) au sixième arrondissement de la capitale gabonaise et avec l’Union pour la démocratie et l’intégration sociale (UDIS) à Mounana dans la province du Haut-Ogooué.
Le secrétaire général du parti au pouvoir a fait savoir que les motivations de cette décision relèvent des mauvaises interprétations et des incompréhensions qui ont suivi et continuent de défrayer la chronique après la publication de ces candidatures en ticket. 

« Des raisons d’incompréhensions ce qui est normal puisque nous sommes des êtres humains. Des interprétations qui n’ont pas toujours fait l’objet de réalité, nous ont amené à constater quelques imperfections. Et pour couper court, le Parti démocratique gabonais présente ses propres candidats tout simplement parce qu’une négociation a fini par amener quelques incompréhensions. Ce qui est normal. Par conséquent, nous allons avec nos candidats pour couper court », a-t-il dit.
Outre ces incompréhensions, Éric Dodo Bouguenza a justifié la décision de son parti par le fait qu’il risquait d’aller aux élections législatives avec un nombre incomplet de candidats sur les 143 sièges de députés.

« Le fait d’être en politique peut amener à ce que si nous pdegistes voulions qu’un candidat d’un parti de la majorité fasse ticket avec le PDG et qu’il en est certains rusés qui passeraient donner des interprétations inquiétantes et alarmantes. Et compte tenu des délais du temps qui passe très vite par rapport à la date butoir de fin de dépôt de candidatures du 25 août 2018, on peut arriver à surseoir une négociation qui aurait été entamée avec toutes les précautions simplement pour éviter que nous n’allions sans que tous les aspects ne soient dus de façon circonstanciée, c’est-à-dire de façon détaillée », a-t-il déclaré.

Toutefois, il a rappelé que l’annulation de ces candidatures en ticket ne remet pas en cause la charte de la majorité qui prévoit que le parti, dont le candidat sera mieux placé au second tour, devra être soutenu par les autres.

Rappelons qu’au lendemain de la publication officielle de la liste des candidats du PDG le 13 août dernier, le président du Centre des libéraux réformateurs (CLR), allié au PDG, Jean Boniface Assélé s’est insurgé contre l’investiture d’une des militantes de son parti, le maire du sixième arrondissement de Libreville, Eliane Frida Mindoungani, comme candidat en ticket avec le parti au pouvoir. Une investiture contestée également dans les rangs du PDG. 

Aussi, les récriminations ont également été faites à la candidature du président de l’UDIS, Hervé Patrick Opiangah, investi pour le compte des deux formations politiques à Mounana dans la province du Haut-Ogooué (Sud-Est).