ACCUEIL > ECONOMIE > Les Nations Unies vont investir dans la prévention des conflits en Afrique centrale 


Les Nations Unies vont investir dans la prévention des conflits en Afrique centrale 

  1er mai 2018 à 08h03min 0 Commentaire(s)


Les responsables des entités des Nations Unies en Afrique centrale, réunis à Libreville du 26 au 27 avril, ont décidé d’accentuer davantage leur action dans la prévention des conflits pour la préservation de la paix dans la sous-région.

Au cours d’une conférence de presse animée au termes des travaux, le représentant spécial des Nations Unies pour l’Afrique centrale François Louncény Fall, qu’entouraient l’envoyé spécial de l’ONU au Burundi, l’ancien président de transition burkinabé, Michel Kafando et le représentant spécial des Nations Unies pour la République centrafricaine, Parfait Onanga-Anyanga, a dévoilé les recommandations issues de cette sixième réunion annuelle des responsables des entités onusiennes.

Il s’agit notamment d’investir davantage dans la prévention des conflits pour réduire la pression sur le maintien de la paix ; d’augmenter le renforcement de leur collaboration dans les domaines de la paix, de la sécurité et le développement socio-économique ; la prise en compte des ressources existantes de l’Organisation en appui à leurs actions ou interventions menées en appui aux organisations sous-régionales, y compris la Division des politiques et de la médiation par les bureaux des coordinateurs résidents.

Aussi, les Nations Unies devraient sensibiliser et travailler avec tous les autres selon les cas, y compris les partenaires au développement et bilatéraux, dans l’objectif de parler d’une même voix dans la recherche des solutions pacifiques aux conflits dans la sous-région. Ils devraient également s’assurer du respect strict des principes fondamentaux de l’Organisation, prendre en compte la nécessité d’encourager l’application de la justice et la lutte contre l’impunité et, soutenir les cadres de dialogue permanent au niveau des pays.

Ensuite, le renforcement de l’appui aux organisations de la société civile, notamment les organisations des femmes, des jeunes et des médias afin de renforcer leurs capacités et leurs actions dans la prévention des conflits et le développement durable, ainsi que l’encouragement aux États dans la création de mécanismes locaux de prévention de gestion des conflits.