ACCUEIL > ECONOMIE > Les TIC créent des opportunités d’affaires 


Les TIC créent des opportunités d’affaires 

  11 mai 2018 à 18h57min 0 Commentaire(s)


Le Chef de département du service management de la société Deloitte, Amine Trifi, a expliqué, mardi, au cours d’un séminaire sur la cybercriminalité, que les Technologies de l’Information et de la communication (TIC) créent d’énormes opportunités d’affaires bien que considérées comme étant une menace pour les données’’.

Aujourd’hui, 90 % des Chefs d’entreprises estiment qu’ils peuvent être victimes d’attaques, 24 % d’entre elles (entreprises) ont souscrit à un cyber assurance, pour se prémunir des risques de cyber sécurité. Quant à la couverture des clients, elle est estimée à 42% contre 32% pour la protection intellectuelle, a dit d’entrée Amine Trifi, disant les enjeux de l’heure aux participants.

‘’Les Technologies de l’Information créent d’énormes opportunités d’affaires, des facteurs stimulant la croissance dans les entreprises, cependant, elles sont une véritable menace pour les données professionnelles’’, a-t-il expliqué. Il a illustré ses propos par la camera de sécurité, à travers laquelle un individu peut se connecter et crypter les données d’autrui, tout en observant vos mouvements.

Selon lui, ‘’le risque dans l’utilisation du clawood est justement d’avoir accès aux produits de luxe qui constituent des risques et menaces, à l’exemple de l’attaque cyber métrique des États-Unis (l’élection de Donald Trump), de la Banque Centrale du Bangladesh où 81 millions de dollars ont pu être détournés.

Les adresses électroniques, e-mails (Yahoo, Facebook), tout comme les mots de passe peuvent être piratés’’, a-t-il renchéri‘’. Il a énuméré quelques impacts liés aux cybercafés, notamment la perte de son image de marque, la perte de confiance avant de spécifier que chaque pays à ses problématiques et les éléments de réponse face à ces risques.
Selon lui, ‘’il faut au préalable identifier ses actifs, c’est-à-dire, chercher à connaitre qui peut m’attaquer, quelles sont nos capacités de réponses suite à ces attaques. Les gouvernants doivent définir une approche globale, notamment, le risque de sécurisation, la vigilance, la résilience. L’être humain étant le plus gros risque, il faut le placer au cœur de la cyber sécurité’’, a –t-il précisé.

Enfin, M. Amine a estimé que les entreprises ont pris conscience des nouvelles attaques, d’où l’accent mis sur certaines mesures telles que la formation et l’information, la nouvelle technologie des actions, l’authentification des données, le décryptage des données. Elles ont également mis en place un système e-Learning, l’adoption d’un dispositif de gestion de risque ou de cyber assurance contre les cybers menaces.