ACCUEIL > SPORTS > Les championnats jeunes et féminins financés désormais par la Fégafoot


Les championnats jeunes et féminins financés désormais par la Fégafoot

  27 novembre 2018 à 17h43min 0 Commentaire(s)


Huit mois après sa réélection à la tête du Comité exécutif de la Fédération gabonais de football (Fégafoot), Pierre-Alain Mounguengui, qui entend ramener la sérénité et l’unité au sein de la famille du football gabonais, était face à la presse, ce lundi, pour échanger sur plusieurs questions, parmi lesquelles le championnat féminin qui sera relancé sous peu autant pour les compétitions jeunes au sein des ligues provinciales. 

Le président de la Fégafoot a été interrogé sur la situation léthargique dans laquelle se trouve le football féminin au Gabon : « Le football féminin fait partie des activités de la Fégafoot. La commission, à cet effet, est en train de travailler et se réunit une fois par mois. Elle a mis en place un programme qui a été soumis au Comité exécutif et transféré à la Caf et la Fifa. À ce jour, nous attendons que la Fifa mette à notre disposition des fonds pour l’organisation du football féminin et celui des jeunes ».


 
L’organisation de ces compétitions, désormais financées par la Fégafoot, reviendra uniquement aux ligues provinciales. Pour ce qui est de la finale du championnat féminin qui aura lieu l’année prochaine à Tchibanga (province de la Nyanga), elle est organisée par la Fégafoot, a précisé Pierre Alain Mounguengui qui ne compte plus tolérer les instruisions au sein des Panthères du Gabon. 

« Ces deux compétitions ont été inscrites dans nos activités, cela évitera d’attendre et de dépendre du ministère des Sports qui parfois ne met pas souvent à notre disposition des fonds nécessaires pour mieux organiser ces championnats », a indiqué le patron de la Fégafoot. 

Indexé quant à la non-participation de l’équipe nationale des U 20 aux éliminatoires de la Can de ladite catégorie, Pierre-Alain Mounguengui a fait taire les critiques : « Le ministère des Sports nous a intimés l’ordre de ne pas inscrire notre sélection dans ces éliminatoires de la Can-2020 et ce n’est pas la première fois qu’on nous demande de ne pas aligner une de nos équipes dans les phases qualificatives. C’est depuis l’année dernière que nous subissons cela », regrette-t-il. 

Plusieurs sujets et pas des moindres ont été abordés au cours de ce déjeuner de presse, notamment le projet Goal de Bikélé, lancé depuis 1998 qui n’est toujours pas livré. Des travaux qui ont été relancés lors du premier mandat du président de la Fégafoot, mais qui ne sont jamais arrivés à leur terme en raison de plusieurs difficultés. Qu’à cela ne tienne, à en croire le locataire de la maison Alexandre Samba, le projet Goal de Bikélé reste, un instrument de premier rang pour la formation des jeunes footballeurs gabonais. « Nous savons tous pourquoi ce projet n’a pas vu le jour quand nous l’avons relancé. Aujourd’hui, ce projet a été relancé, la Fifa a commencé à le financer. Comme vous le savez, le financement ne se fait pas de manière globale, mais échelonnée », ajoute-t-il. 

M. Ngwa Emane, 2e Vice-président de la Fégafoot, en charge de ce dossier, a également donné des assurances, « Il y a tout juste quatre jours que nous sommes revenus de Dakar, où nous avions assisté à un séminaire organisé par la Fifa. Et l’instance internationale avait inscrit à l’ordre du jour, les projets Goal, ce pour rassurer que le projet de Goal de Bikélé est bien à l’ordre du jour du programme FIFA.

Les retards que nous avons accusés ces derniers mois sont essentiellement liés au retard de règlement des travaux qu’effectuent les entreprises sur place. Au moment où nous partions à Dakar, la Fifa s’est engagée à effectuer ces règlements après que nous ayons rempli certaines formalités », a confié M. Ngwa Emane. 

Ajoutant qu’« en plus, une mission de la FIFA par son bureau de Dakar est attendue à Libreville dans quelques jours pour le contrôle des travaux du centre technique de Bikélé ». D’ailleurs, nous apprenons par M. Ngwa Emane, que rien n’est possible à l’endroit des associations membres tant que celles-ci n’auront pas disposées de centres techniques d’où, l’intérêt affiché par la FIFA sur le projet de Goal de Bikélé. 

La gestion financière de l’équipe nationale A figurait aussi au menu des échanges. Reproché par une certaine presse de n’avoir jamais fait le point sur les recettes engrangées par les Panthères, Pierre-Alain Mounguengui s’est dit étonné, pas du tout surpris de ces accusations. « De 2013 jusqu’à septembre 2018, la gestion financière de l’équipe nationale était dévolue à la Commission nationale d’organisation et de gestion des événements et manifestations à caractère national et international (CNOGEMCENI), qui gérait également la publicité autour du stade, la billetterie. C’est seulement lors du match Gabon-Burundi, que le ministre des Sports, a restitué à la Fégafoot ses prérogatives », a expliqué Pierre-Alain Mounguengui.