ACCUEIL > ECONOMIE > Les menaces du Sinamag pas du goût du ministre de la Justice


Les menaces du Sinamag pas du goût du ministre de la Justice

  24 juillet 2018 à 18h36min 0 Commentaire(s)


Le ministre de la Justice a manifesté son désaccord aux menaces du syndicat des magistrats du Gabon de boycotter la prochaine rentrée judiciaire pour protester contre les nominations, affectations et avancements intervenus lors du dernier Conseil de la magistrature (CSM), entre autres.

Alors que le Syndicat des magistrats du Gabon (Synamag) a brandi, le 13 juillet dernier, à Libreville, la menace de boycotter la prochaine rentrée judiciaire, en contestation des nominations, affectations et avancements intervenus lors du dernier Conseil de la magistrature (CSM), mais aussi en protestation de la décision de la mise sur bons de caisse, ainsi que la réduction sur des décotes de 5 à 15% des salaires des agents de l’Etat, le ministre de la justice n’a pas tardé à réagir.

Edgar Anicet Mboumbou Miyakou a apporté un démenti, dans un communiqué publié, lundi, sur les accusations portées contre le Conseil, notamment celui des affectations « visant sa (Synamag) démolition ». « La tutelle, il faut le souligner, ne dispose pas de l’état des adhésions des magistrats à ce syndicat », s’est défendu le garde des sceaux.

Surpris par la démarche du Synamag de porter leurs contestations sur la place publique, alors qu’il existe des « procédures légales en vigueur dont ils ont pleinement conscience », le ministre d’Etat s’est montré beau joueur en calmant le jeu.
Le membre du gouvernement a précisé, à propos de la mise sur bons de caisse des agents de l’Etat et la réduction de 5 à 15% de leurs salaires, que ces mesures participent de « l’assainissement du fichier salarial, et qui concernent tous les agents de l’Etat ». 

Le gouvernement communique suffisamment a cet effet, a estimé le membre du gouvernement qui, au passage a fait savoir que « des dispositions sont en étude pour tenir compte du statut particulier de certains d’entre eux, dont précisément les magistrats ».