ACCUEIL > POLITIQUE > « Les mesures économiques prises par le gouvernement sont qualifiées d’austérité à tort » (Patricia Taye Zodi)


« Les mesures économiques prises par le gouvernement sont qualifiées d’austérité à tort » (Patricia Taye Zodi)

  19 juillet 2018 à 23h41min 0 Commentaire(s)


C’est le message que la ministre déléguée à l’Intérieur, Patricia Taye Zodi, vice-présidente du Centre des Libéraux Réformateurs (CLR), a fait passer, dimanche dernier, aux populations du 4e arrondissement de Libreville et élue locale du premier siège. Pour elle, les problèmes économiques du pays remontent à des années et, les réformes ’’courageuses’’ prises par le Chef de l’Etat visent à redresser la situation économique du pays qui connait des problèmes. 

Actualité oblige. A la faveur d’une causerie politique, la ministre déléguée à l’Intérieur, Patricia Taye Zodi, a réuni, dimanche dernier, les populations du 4e arrondissement de la commune de Libreville. Au cours de cet échange, l’oratrice a entretenu ses hôtes sur les mesures prises par le gouvernement en vue, d’assainir l’économie du pays et de mieux la contrôler.

En présence des élus locaux, notamment le député Mangola Azongo, la sénatrice Christine Mba Ntutume, les notables et les chefs de quartiers, le membre du gouvernement a éclairé la lanterne des populations en leur donnant ’’la bonne information’’.

Selon Patricia Taye Zodi, il y a 20 ans que les syndicats et les fonctionnaires réclamaient les meilleures conditions de vie et de travail avec la revalorisation du point d’indice et du Smic. Et certaines réponses avaient été apportées à l’époque sous l’ère feu le président Omar Bongo Ondimba, avec par exemple l’augmentation des allocations familiales : ’’Elle sont passées de 3000 à 8000 F CFA’’, a-t-elle rappelé. 

A en croire cette dernière, les problèmes que le pays traversent ne datent pas d’aujourd’hui : « En raison des revendications des syndicats et des partenaires sociaux, des recrutements massifs avaient été lancés à la Fonction publique à l’époque. Aujourd’hui, nous avons les effets de cette politique avec le fort taux de fonctionnaires qui coûtent chères à l’Etat », a-t-elle regretté.

Convaincue que les réformes jugées d’austérité par une certaines opinion s’imposent pour redresser l’économie du pays, la ministre déléguée à l’Intérieur, a salué le courage du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. « Le président de la République a décidé de ne plus cacher aux Gabonais. Il a fait preuve de réalisme politique. On n’a pas attendu les élections pour avoir ces reformes qui sont communiquées régulièrement aux Gabonais’ », a déclaré la vice-présidente du CLR.

Très réalistes sur les problèmes économiques auxquels est confronté le Gabon, Patricia Taye Zodi a fait savoir à ses convives que les mesures qui paraissent douloureuses aujourd’hui, auront le mérite de dégager des économies qui viendront renforcer les investissements dans plusieurs secteurs d’activités « Peut-on continuer à faire des dépenses incontrôlées et superflus alors que le pays a des problèmes ? », s’est-elle interrogée. ’’Non’’, a-t-elle martelé.