ACCUEIL > POLITIQUE > Les mesures qui participent de la réduction du train de vie de l’Etat 


Les mesures qui participent de la réduction du train de vie de l’Etat 

  24 juin 2018 à 17h26min 0 Commentaire(s)


L’application des décotes de traitement à l’ensemble des autres autorités administratives de 15%, sur les rémunérations des cabinets à hauteur de 10% et sur les autres fonctions administratives de 5%, sont autant de mesures qui participent de la réduction du train de vie de l’Etat, en plus de la réduction des effectifs des cabinets du président de la République, du Premier ministre, des ministres, du Secrétaire général du gouvernement, des autres institutions et autorités administratives indépendantes.

Au terme du Conseil des ministres, du jeudi 21 juin écoulé, des mesures visant l’équilibre des finances publiques, la croissance économique et l’amélioration du bien être des populations, ont été prises. Et, le Projet de loi de finances rectificative (PLFR) 2018, qui s’inscrit dans le droit fil du Plan de relance de l’économie (PRE) et soutenu par le Fonds monétaire international (FMI), témoigne de cette volonté gouvernementale.
Dans un contexte de récession économique mondiale ayant impacté sur bon nombre de pays, avec notamment la chute du prix du baril du pétrole (bien qu’en hausse à présent), le Gabon est parvenu à garder le cap, et les mesures prioritaires annoncées par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, à chaque fois que l’occasion se présente, participent de cela.

Les applications des décotes de traitement à l’ensemble des institutions et autres autorités administratives de 15% ; sur les rémunérations des cabinets à hauteur de 10% et sur les autres fonctions administratives de 5% justifient la détermination de l’équipe gouvernementale gabonaise d’apporter des véritables réponses au vécu des gabonais non sans œuvrer à l’équilibre macroéconomique.
La réduction des effectifs des cabinets des institutions citées plus haut sont parmi les mesures qui rentrent en application immédiatement et qui font partie des actes qui témoignent de la volonté du gouvernement de montrer l’exemple.

Au-delà des décotes et la réduction des effectifs des cabinets d’institutions et autres autorités administratives, il est cité, dans ce communiqué final du conseil des ministres, la stratégie de dénonciation des fonctionnaires ou contractuels ayant plus de 60 ans. La mise à la retraite systématique des agents absents pour cause de maladie de longue durée. L’examen des situations administratives des agents publics en service dans les établissements publics et percevant une double rémunération, etc.

Il est à préciser que ces mesures ne sauraient satisfaire les attentes du peuple gabonais, sans pour autant poursuivre les efforts en matière d’optimisation des recettes, de maitrise des dépenses publiques, d’amélioration du cadre des affaires, de renforcement de la compétitivité des filières et d’amélioration de la qualité des services.