ACCUEIL > ECONOMIE > Logements sociaux : Bounda Balonzi sur le chantier de la SNI à Angondjé 


Logements sociaux : Bounda Balonzi sur le chantier de la SNI à Angondjé 

  26 mai 2020 à 23h06min 0 Commentaire(s)


Le ministre en charge des Transports, des Equipements et de l’Habitat, Léon Armel Bounda Balonzi, et sa collègue Françoise Assengone Obame, se sont rendus, le 23 mai dernier, sur le chantier des logements d’Angondje, conduit par la Société nationale immobilière (SNI) dans la commune d’Akanda. Il était question de s’imprégner de l’avancement des travaux, les habitations devant être livrées aux Gabonais dans les prochains mois.

 
Le projet des 3808 logements prenant actuellement corps dans la commune d’Akanda a été visité, le 23 mai, par le ministre en charge de l’Habitat, Léon Armel Bounda Balonzi, et son délégué, Françoise Assengone Obame. Les deux personnalités ont voulu toucher du doigt les réalités de ce chantier dont les logements devraient être livrés dans les mois à venir.

Situé dans la commune d’Akanda, plus précisément à Agondjé, ce projet, qui doit renforcer l’offre de logement à Libreville, dispose des résidences « Les Parasoliers » érigées sur une superficie d’environ 6 hectares. Elles comportent 22 immeubles de 260 appartements, lancées dans le cadre de l’opération 3808 logements dont les travaux ont été arrêtés en 2015, faute de financement. L’avancement global au moment de l’arrêt était de 60%. Ce qui est dépassé à ce jour.

« Ma collègue et moi, nous sommes venus nous rendre compte de l’évolution des travaux qui sont en cours, à l’effet de regarder comment ces appartements peuvent être livrés aux Gabonais et en même temps, de voir comment faire accélérer les travaux qui sont entamés par la SNI avec la participation de divers autres intervenants », a déclaré le ministre de l’Habitat.

La reprise actuelle du chantier concerne principalement 8 immeubles répartis sur 2,5 hectares. Lors de cette visite, les responsables de la Société nationale immobilière (SNI), maître d’ouvrage, ont dit leur volonté à surmonter le ralentissement des travaux dû aux restrictions horaires causées par la lutte contre la pandémie du coronavirus (Covid-19).

« De prime abord, la livraison était prévue au bout de 8 mois. Mais comme nous sommes dans une phase de reprise, nous allons refaire des simulations pour voir jusqu’à quelle période nous pouvons aller pour la fin de cette première phase de chantier », a déclaré l’ingénieur en charge de ce projet SNI, Céline Nguengue Bakakasse
Lancé en 2013, le projet a connu un arrêt en 2015. Les travaux ont repris en février 2020 sur ce chantier.