ACCUEIL > ENVIRONNEMENT > Météorologie : ’’Cette brume n’a rien d’alarmant’


Météorologie : ’’Cette brume n’a rien d’alarmant’

  13 décembre 2015 à 22h05min 0 Commentaire(s)


Libreville est recouverte depuis deux jours d’une brume qui suscite plusieurs interrogations dans la capitale. Pour Lambert Ella Asseko, métérologue, il n’y pas de quoi s’alarmer, un phénomène presque normal en cette période de l’année. 

Ce n’est ni un harmattan, ni une éruption volcanique, ou une quelconque autre menace météorologique comme le pensent certains librevillois. La brume que la population de la capitale observe dans le ciel depuis plus de deux jours, est un phénomène cyclique et naturel. Elle apparaît chaque début du mois de décembre à mi- février de l’année. Les météorologues la classent dans la catégorie des lithométéores (brumes à particules de poussière). C’est donc une brume d’origine sèche. Elle ne contient pas de l’eau, mais plutôt des particules de poussières.

Selon les experts en la matière, « Cette brume sèche est due au positionnement de l’équateur météorologique qui se distingue de l’Equateur géographique. L’Equateur géographique est fixe alors que celui dit météorologique est en perpétuel mouvement. C’est lorsque l’Equateur météorologique part de la Mauritanie entre juillet et août pour redescendre sur l’Equateur géographique, en décembre et en janvier,qu’il entraîne avec lui cette brume qui recouvre actuellement le ciel.

En clair, l’équateur météorologique est actuellement au niveau de l’Équateur en Afrique centrale, d’où cette brume que les populations observent depuis deux jours. Le phénomène pourrait s’étendre jusqu’en février prochain, pour enfin remonter et se repositionner en Mauritanie », explique Lambert Ella Asseko, expert météorologue, rencontré hier à Libreville.

A noter que cette brume ne constitue aucune menace pour l’environnement. Ce n’est pas la conséquence des modifications climatiques. C’est un phénomène naturel du au déplacement de l’équateur météorologique.
Toutefois, on se demande si les particules de poussières que contient cette brume n’auraient pas un impact sur la santé des populations ?