ACCUEIL > POLITIQUE > Ndemezo’Obiang le président de DN, appelle les Woleu Ntémois à tourner la page de la présidentielle 2016


Ndemezo’Obiang le président de DN, appelle les Woleu Ntémois à tourner la page de la présidentielle 2016

  3 janvier 2017 à 22h50min 1 Commentaire(s)


L’échange entre le président de Démocratie Nouvelle (DN, opposition) et les militants , sympathisants, vendredi dernier à Oyem , a été l’occasion pour René Ndemédzo’Obiang d’inviter les populations du département du Woleu et de la commune d’Oyem à tourner la page de l’élection présidentielle du 27 août dernier, à participer au dialogue national proposé par Ali Bongo Ondimba, et à prendre part activement à la CAN que le Gabon organise du 14 janvier au 5 février prochain.

Le parti politique Démocratie nouvelle (DN) via son président, est sorti de sa réserve à Oyem face aux nombreuses questions qui font l’actualité. Il s’agit notamment de la question de l’élection présidentielle du 27 août dernier, au regard de multiples actions et discours menés par une classe politique dirigée par l’opposant malheureux à ce scrutin, Jean Ping, et au dialogue national proposé par Ali Bongo Ondimba, et la coupe d’Afrique des nations que va abriter le Gabon dès janvier 2017.

S’agissant de l’élection présidentielle du 27 août dernier, René Ndemezo’Obiang a rappelé à l’assistance venue nombreuse que la cour constitutionnelle qui est la plus haute juridiction de la République gabonaise a bel et bien déclaré Ali Bongo Ondimba vainqueur.

« Le président a prêté serment et devient automatiquement le chef de l’Etat légitime du Gabon et aucun homme ou formation politique n’a le droit de raconter des histoires qu’il serait le président de notre pays. Il faut que les gens comprennent une fois de plus que les observateurs internationaux ne sont là que pour observer une élection et non prendre position », a-t-il dit.

Le président de DN s’est étonné que « certains leaders de l’opposition, dite radicale, organisent des assises sans légitimité aucune dans un pays qui a des institutions et des lois ».
René Ndemédzo’Obiang a de ce fait réaffirmé que « c’est lui qui a demandé à la population du Woleu-Ntem de voter pour le candidat Ping, mais aujourd’hui, celui –ci déborde car, il sait très bien que l’élection présidentielle est finie et voudrait seulement mettre le pays dans un chaos au lieu de participer au dialogue face aux représentants du président au pouvoir ».

Pour lui, « organiser des assises d’un dialogue sans légitimité n’est pas une bonne chose. Il y’a un seul et unique président dans notre pays c’est Ali Bongo Ondimba, les observateurs n’ont aucun pouvoir à prendre des décisions pour le Gabon’’, a-t-il lancé.
S’exprimant sur le dialogue national convoqué par Ali Bongo Ondimba, il dira que la solution de la situation actuelle du pays réside dans le dialogue.

Celui-ci pourrait aboutir, a-t-il poursuivi, à la réduction non seulement des pouvoirs de la cour constitutionnelle, mais aussi, à revoir le mandat présidentielle, à faire un nouveau découpage électorale, et à écarter le ministère de l’Intérieur dans la proclamation des résultats d’une élection pour laisser cette tâche exclusivement à la commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP).

A propos des ambitions de l’opposition de saboter le déroulement de la CAN, René Ndemédzo’Obiang a rappelé que les hommes politiques n’ont pas le droit à le faire en ce sens que le football n’est pas à l’origine de la situation actuel du pays. De même qu’il a dit que l’organisation des manifestations de sabotage de la compétition du football africain, la troisième au niveau mondial, donnerait une mauvaise image du Gabon dans le monde entier.

« La CAN n’a rien à voir avec la politique, c’est notre pays qui organise cet évènement grandiose, nous devons séparer la politique et le football, au risque de salir l’image du Gabon à l’extérieur car, les dirigeants du monde entier en général et du football en particulier, ne sont pas impliqués dans nos problèmes internes, nous devons plutôt bien accueillir les étrangers qui viendront passer un temps chez nous suivre cet évènement que d’autres pays n’arrivent pas à organiser depuis de nombreuses années », a-t-il martelé.

‘’(...) le Gabon est un pays souverain qui a ses institutions et ses lois, ne prêtons pas attention aux mensonges, il faut que vous sachiez une chose c’est moi qui ai demandé à la population du Woleu-Ntem à voter Ping, mais aussi, je vous demande à ne plus le suivre car, il veut pousser notre pays dans une situation de chaos, il nous reste le dialogue pour sauver la situation postélectorale que traverse notre pays, certains viendront vous dire que je suis retourné au PDG ils vous mentent, je suis et demeure président de DN’’, a-t-il précisé.

Après la causerie d’Oyem, René Ndemédzo’Obiang, accompagné d’une forte délégation, se sont rendus dans le département du Ntem à Bitam, dans le Haut-Ntem à Minvoul et à Mitzic dans l’Okano où il a délivré le même message aux populations venues nombreuses.