ACCUEIL > POLITIQUE > Noel Mboumba en liberté provisoire !


Noel Mboumba en liberté provisoire !

  12 mars 2020 à 21h13min 0 Commentaire(s)


L’ancien ministre Gabonais en charge du pétrole et des hydrocarbures, Noel Mboumba, arrêté puis placé en détention préventive depuis le 13 décembre 2019, dans le cadre de l’opération visant à réprimander les détournements financiers au Gabon, vient de bénéficier d’une liberté provisoire.Visiblement, l’ancien patron du pétrole n’est plus en odeur de sainteté avec ses amis, toujours aux arrêts, au regard des déclarations faites par ce dernier.

Aussitôt en liberté dite provisoire, Noel Mboumba a animé un point de presse très suivi par la presse nationale et internationale. Lors de cet échange qui s’est voulu très franc, l’homme n’est pas allé par quatre chemins, il a dit avoir été induit en erreur par ceux que l’on est tenté de qualifier aujourd’hui d’anciens amis, en tête desquels, Brice Lacruche Alianga.

« Je reconnais avoir exécuté des instructions malveillantes de la part des personnes qui ont profité de leur position dominante, pour me conduire à poser des actes contraires à la Loi ». A déclaré Noël Mboumba.
Des actes justement qui ont été la résultante de son arrestation le 13 décembre 2019, alors que d’autres hauts cadres de l’administration publique, tous issus de l’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV) étaient frappés par les même sanctions peu avant lui.

Les faits reprochés à l’ancien ministre en charge du pétrole, font état d’un détournement de plusieurs centaines de milliards de francs cfa, de l’argent publique qui aurait servit à des fins personnels. A la question de savoir si ces faits sont avérés, l’ancien détenu reconnait que d’énormes sommes ont effectivement été décaissées pour une destination inconnue de lui. Il a d’ailleurs dit ceci : « je ne peux pas ici, affirmer le montant exact des détournements, de mon point de vue qui fera l’objet d’une procédure et d’une instruction dans le fond, mais je pense de manière globale, que l’on est dans ces fourchettes là ».

Et s’agissant des conditions de détentions qui ont été décriés par l’un des avocats de Brice Lacruche Alianga, Noel Mboumba, reconnait avoir eut un traitement humain, donc le contraire de ce qui a été déclaré par cet avocat. Selon lui, il n’a vu aucun détenu être mis dans des conditions inhumaines. D’ailleurs, il a vivement remercié les autorités judiciaires du pays pour non seulement avoir accédé à sa demande de liberté provisoire, basé selon lui, sur la sincérité et de la pertinence des garanties de représentations présenté par lui. Et sur ce point précis, d’aucuns parlent de jugement arbitraire, son avocat, Me Guissyga, répond et atteste que la procédure de mise en liberté provisoire de son client a fait l’objet d’une démarche légale. « nous avons formulés une demande de liberté provisoire prévue par les dispositions de l’article 143 du code de procédure pénal, et après instruction de la part du juge d’instruction, cette décision nous a été rendu en faveur », a-t-il affirmé. Alors, toutes les allégations sur ce jugement sont totalement fausses.

Autre point et non des moindres évoqué, celui notamment lié à la présence sur le territoire national des mercenaires dont l’objectif et la mission consistaient à déstabiliser les institutions du pays. A ce sujet, Noël Mboumba, affirme effectivement qu’il a eu connaissance de la présence de ces personnes ; « je n’ai pas rencontré ces personnes tel que cela est dit, mais je sais qu’ils étaient là. Bla m’avait plutôt dit que c’étaient d’anciens militaires français qui étaient là pour le maintien de l’ordre », a confié Noêl Mboumba.

Avec de telles déclarations, l’ancien détenu se dédouane complètement de tous les faits qui lui sont reproché. Sans nul doute, la rupture entre ces grands amis et complices d’autrefois est actée. Rien ne sera plus comme avant, le divorce étant visiblement prononcé. D’ailleurs, Noël Mboumba a tenu a réaffirmer son indéfectible attachement à la vision et à la politique du chef de l’état Ali Bongo Ondimba, tout en lui assurant de sa totale fidélité et de sa loyauté.

Gabontribune / Joel Tatou