ACCUEIL > POLITIQUE > Nouveau découpage électoral : le conseil des ministres approuve la création de 23 nouveaux sièges de députés


Nouveau découpage électoral : le conseil des ministres approuve la création de 23 nouveaux sièges de députés

  28 janvier 2018 à 22h23min 0 Commentaire(s)


Présidé vendredi par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, le conseil des ministres a adopté le projet de texte qui crée 23 nouveaux sièges des députés, portant ainsi le nombre de 120 à 143 sièges.

« Le troisième (3ème) texte, quant à lui, prend en compte, également, les recommandations du Dialogue Politique et les circonscriptions Electorales nouvellement créées. Aussi, dispose-t-il que le nombre de siège de Députés passe de cent vingt(120) à cent Quarante trois(143) soit une augmentation de Vingt trois(23) sièges », indique le communiqué final du conseil des ministres rendu public par le porte parole du gouvernement, Alain Claude Bilié-By-Nzé.

Le communiqué de conseil des ministres précise également les nouvelles structurations des sièges.

« Il est attribué à chaque arrondissement de Commune, un siège de Député à l’exception de la Commune de Libreville qui dispose de deux (2) sièges par arrondissement. Sont concernés par cette disposition, tous les autres chefs-lieux de Province ainsi que les Communes d’Akanda, d’Owendo et Ntoum dans la province de l’Estuaire et de Moanda dans la province du Haut-Ogooué. S’agissant des communes non-subdivisées en arrondissements et dont les sièges couvrent en même temps la commune elle-même, le district et une partie du département, les pondérations faites ont permis de créer un siège supplémentaire.

Il s’agit du 1er siège du département de la Sébé-Brikolo dans la Province du Haut-Ogooué et celui du département de Mulundu, dans la province de l’Ogooué-Lolo. Des pondérations ont été également faites dans deux (2) sièges de la province de l’Ogooué-Ivindo. Il s’agit du 2ème siège du département de l’Ivindo et celui de la Zadié. Le Département de Lékoni-Lékori, du fait de l’essor de son chef-lieu (Akiéni), a vu celui-ci être détaché du reste des sièges du département.

Par ailleurs, en vue d’harmoniser les limites et contours de certains sièges, des aménagements ont également été opérés, notamment ceux couvrant en même temps la commune et certains cantons de leur Département. Il s’agit des communes de Cocobeach, Ndjolé, Mayumba, Ovan, Mitzic et Médouneu. Ces aménagements ont également concerné Le département de la Passa qui a vu le district de Lékabi, jusque-là rattaché au Canton Kassa, appartenir maintenant au 1er siège dudit département, qui englobe désormais le Canton Djoumou et le district de Lékabi », a-t-il expliqué.

Il a également révélé la nouvelle répartition des 143 sièges par province.
« Le nombre de Députés à élire à l’Assemblée nationale est de cent quarante trois(143) répartis par province ainsi qu’il suit : 26 pour la province de l’Estuaire, 23 pour la province du Haut-Ogooué, 10 pour la province du Moyen-Ogooué, 18 pour la province de la Ngounié, 11 pour province de la Nyanga, 12 pour la province de l’Ogooué-Ivindo, 12 pour la province de l’Ogooué Lolo, 13 sièges pour la province de l’Ogooué Maritime, 18 pour la province du Woleu-Ntem. Ainsi, le nombre de Députés à élire dans chaque Commune et Département est fixé comme suit :

 Province de l’Estuaire (26) dont 12 pour la commune de Libreville, 2 pour la commune d’Akanda, 2 pour la commune d’Owendo, 3 pour la commune de Ntoum, 1 pour le département du Komo Mondah,1 pour le département du Komo Océan, 3 pour département du Komo Kango 2 pour le département de la Noya.

 Province du Haut-Ogooué (23) notamment 4 dans la commune de Franceville, 2 dans le département de la Mpassa, 2 dans la commune de Moanda, 1 dans le département de la Lébombi-Léyou, 1 pour le département de Lékoko, 3 dans le département de Lékoni Lékori, 2 pour département des Plateaux, 3 dans le département de la Sébé-Brikolo, 1 dans le département Djouori-Agnili, 1 dans département de la Djoué, département de la Lékabi-Léwolo 1, département de l’Ogooué-Létili 1, département de Bayi-Brikolo 1.

 Province du Moyen-Ogooué (10) à savoir 2 pour la commune de Lambaréné, 5 pour le département de l’Ogooué et des Lacs, 3 pour le département de l’Abanga-Bigné,
 Province de la Ngounié (18) dont 2 dans la Commune de Mouila, 3 pour le Département de la Douya Onoye, 1 pour le Département de la Dola, 1 pour le Département de la Louétsi-Wano, 3 dans le Département de la Boumi-Louétsi, 2 dans le Département de l’Ogoulou, 2 dans le Département de Ndolou, 2 dans le Département de Tsamba-Magotsi, 1 pour le Département de la Louétsi-Bibaka, 1 pour le département de la Mougalaba.

 Province de la Nyanga (11) respectivement 2 pour Commune de Tchibanga, 2 pour le Département de Mougoutsi, 2 pour le Département de la Basse Banio, 1 pour le département de la Haute Banio, 2 dans le département de la Douigny, 1 dans le Département de la Doutsila, 1 dans le Département de Mongo. 
 Province de l’Ogooué-Ivindo (12) dont 2 à la commune de Makokou,3 dans le Département de l’Ivindo, 3 dans le Département de la Zadié, 2 Département de la Lopé, 2 pour le département de la Mvoung.

 Province de l’Ogooué-Lolo (12) dont 2 pour la Commune de Koulamoutou, 3 dans le Département de la Lolo-Bouenguidi, 4 au département de Moulundu, 2 dans le département de la Lombo-Bouenguidi, 1 dans le Département de l’Offoué-Onoye.
 Province de l’Ogooué-Maritime (13). Il s’agit notamment de 4 dans la Commune de Port-Gentil, 3 dans Département de Bendjé, 3 dans le département d’Etimboué, 3 dans Département de Ndougou

 Province du Woleu-Ntem (18) respectivement, 2 à la Commune d’Oyem, 5 au département du Woleu, 4 au département du Ntem, 2 pour le Département du Haut-Ntem, 3 pour Département de l’Okano, et 2 dans le Département du Haut-Como », a-t-il détaillé.

Le Conseil des ministres a également adopté un autre projet de texte, lequel consacre des modifications qui répondent aux recommandations du Dialogue Politique relatives à l’élection des Députés à l’Assemblée Nationale, à savoir : l’adoption du Scrutin majoritaire, uninominal à deux (2) tours ; l’augmentation du nombre de sièges des Députés ; l’adoption du principe du cumul des mandats sans cumul des rémunérations.