ACCUEIL > SOCIETE > Œuvre de bienfaisance


Œuvre de bienfaisance

  10 janvier 2017 à 23h13min 0 Commentaire(s)


Un compatriote de la diaspora chez Micone

Beaucoup de conviction dans cette visite à l’ONG Micone, vendredi dernier. Conscient du travail accompli et des tâches à mener, Samuel Jordane Nganga est venu dire son attachement au plus près de la réalité de ces orphelins. Avec lui, du riz, de l’huile, du beurre, quelques briques, du ciments et une petite enveloppe d’argent...

Cette visite est certainement ce qui lui tenait le plus à cœur. 4 heures bien pleine l’auront mené au siège de Micone sis au quartier Kinguelé de Libreville, jusqu’au site de construction du nouvel orphelinat au quartier Nzeng Ayong. Avant d’évoquer le but de sa présence, Samuel aura pu apprécier les marques d’affections des petits. Un chant de bienvenu et une prière pour mettre l’évènement entre les mains de Dieu.

Au moment de s’adresser aux jeunes, Samuel parle du cœur. Avec l’affection d’un frère. La complicité d’une famille, des amis de toujours et des valeurs fondamentales sans les quelles il n’y a pas de destinée. " Mon geste est juste l’expression d’un cœur pour donner à ceux qui en ont besoin. Un sac de riz,un litre d’huile, du beurre, quelques briques et du ciments, en plus de l’argent du taxi pour le déplacement des enfants. C’est notre façon d’apporter une pierre à cet édifice. J’invite tout les jeunes d’adhérer à cette marque de solidarité, 5000f, 10000f c’est déjà ça. On ne choisit pas sa famille, ni ses parents, ni d’être orphelin. Et si c’était nous ? " a exprimé Samuel.

En ce jour de joie, tout le monde ou presque était là. La présidente de Micone, Julie Nguedon Ondo, bien sure. Parce que c’est elle qui veille et s’occupe quotidiennement de ces enfants. " A la célébration de notre 10e anniversaire, nous avons lancé un appel pour les fond, pour construire un orphelinat. Notre bien aimé, est là pour participer à l’édifice de ce projet, en plus des vivres qu’il a apporté....nous voulons que chaque personne sensible, apporte le matériel qu’il peut et que l’éternel, touche d’avantage d’âme pour que ce projet aboutisse" a telle souligné.

A ses côté, Samuel l’écoute, l’interroge. Quelques mots, des aspirations de part et d’autre. Un projet partagé. Des enfants défavorisés qui trouvent une nouvelle dynamique ? Des jeunes qui ont une chance, une opportunité pour une vie meilleure ? Samuel Nganga et Julie Ondo y croient. Ils participent déjà à leur manière. Si d’autres volontés relayent....

Nathan Moore / Gabon Tribune