ACCUEIL > ECONOMIE > Ouverture de la 2ème édition du forum sur la gouvernance de l’Internet au Gabon


Ouverture de la 2ème édition du forum sur la gouvernance de l’Internet au Gabon

  20 septembre 2018 à 22h28min 0 Commentaire(s)


Le ministre de l’Economie numérique, Guy Bertrand Mapangou, a procédé, ce jeudi 20 septembre à Libreville, à l’ouverture de la 2ème édition du forum sur la gouvernance de l’Internet au Gabon, sous le thème « Internet, un des atouts de diversification de l’économie gabonaise ».

Selon le ministre de l’Economie numérique, les participants, sur la base de leurs expériences et expertises, vont devoir renouveler, non pas sur trois jours de travaux, mais sur une journée, le questionnement sur de nombreux volets de l’internet au Gabon afin d’explorer les meilleures pistes de structuration du service internet au profit d’un grand nombre.
« Dans un espace de plus en plus mondialisé par les technologies de l’information et de la communication, où la déconnection par défaut rime avec une certaine marginalisation, la recherche des meilleures conditions africaines d’enracinement de l’internet et de sa probabilité au plus grand nombre, reste une priorité pour nous tous », a déclaré le ministre de l’Economie, Guy Bertrand Mapangou.
Pour l’expert en charge de télécommunications de la CEEAC, Guichard Tsangou, représentant le secrétaire général, ce forum constitue une étape essentielle dans la mise en œuvre des recommandations issues de la Déclaration de Brazzaville dans la recherche de nouvelles solutions institutionnelles, législatives et réglementaires aux problèmes liés à la gouvernance de l’internet.

En effet, la Déclaration de Brazzaville encourage les Etats membres à procéder à la transposition dans le corpus de leur législation nationale les différentes lois types relatives à la cybersécurité, à la mise en place des centres d’alerte et de réponses aux incidents cybernétiques nationaux (CIRT), à l’élaboration d’une stratégie nationale pour la protection de l’enfant en ligne.
« Il convient de garder à l’esprit que, compte tenu du caractère international de la cybercriminalité, ce phénomène requiert une réponse cohérente tant à l’échelle nationale qu’à l’internationale », a-t-il relevé.