ACCUEIL > ECONOMIE > 
Ouverture de la deuxième édition des Antô Winners days 2019 



Ouverture de la deuxième édition des Antô Winners days 2019 

  28 avril 2019 à 22h41min 0 Commentaire(s)


Le ministre gabonais de la Famille, de la Décennie de la Femme et de l’Égalité des chances, Estelle Ondo, a ouvert officiellement, le vendredi 26 avril 2019, les travaux de la 2ème édition des Antô Winners days 2019, sous le thème : « Femme gagnante : De la vision à la réalisation ».

Placées sous le signe du renforcement des capacités des femmes, les journées de la plateforme PAW organisées les 26 et 27 avril, ont démarré le vendredi 26 avril, à la Chambre de Commerce de Libreville, à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la Femme. La cérémonie officielle des activités s’est déroulée, sous la présidence de Madame Estelle Ondo, ministre gabonais de la Famille, de la Décennie de la Femme et de l’Égalité des chances, en présence de la marraine de l’événement, Madame Iselle Akwoue Dimas et le coordinateur du Système des Nations Unies au Gabon.
La première journée consistait à l’organisation d’un séminaire de renforcement de capacités et de six ateliers de formations en faveur de la promotion de la femme pour contribuer au développement socio-économique et à son autonomisation. 

Pour le ministre Estelle Ondo, le développement socio-économique de la femme est un jalon incontournable pour éradiquer la pauvreté et assurer une croissance économique inclusive. « De ce fait, l’accompagnement de la femme et de la jeune fille est indispensable pour former des femmes gagnantes équipées intellectuellement, psychologiquement et économiquement face aux défis qu’impose la société aujourd’hui », a-t-elle affirmé, avant d’indiqué que sur les statistiques produites en 2014 par l’Agence Française de Développement, indiquent que « les femmes effectuent 66% du travail mondial, produisent 50% de la nourriture mondiale, mais ne perçoivent que 10% de revenus et représentent 70% des populations les plus pauvres du monde ».
« Le chef de l’État a mis en place la Décennie de la Femme pour renforcer, accélérer l’égalité entre l’homme et la femme, accélérer le développement de la femme, etc. On a vu l’engouement et l’engagement autour de cette initiative présidentielle », a-t-elle expliqué.

Madame Iselle Akwoue Dimas a déclaré que concrètement, une femme gagnante est une battante. Elle a une vision et sait exactement où elle va, ce qu’elle doit apporter et ne baisse pas les bras. « Au Gabon, on doit sortir des sentiers battus, on doit sortir des standards que nous avons aujourd’hui. Nous avons tous déjà une vision, une idée, cela ne suffit pas. La battante, elle est constante dans la progression, elle aide. Financières, Créatrices de modes, chefs d’entreprises, journalistes, mères de famille, présidentes d’ONG ou diplomates, elles ont toutes en commun leur capacité de se donner avec Amour, et moi l’espoir qu’en partageant au monde un peu de leur histoire, d’autres femmes dynamisent leurs efforts et leur don de soi », a martelé la marraine de l’événement.

Frédéric Eyang Beyeme, présidente de l’ONG, s’est dit satisfaite du bilan de la première édition. « Nous avons pu évoluer, je suis ravis. L’objectif n’est pas d’organiser une 2ème édition, mais de l’organiser en voyant une évolution dans la qualité du rendu des ateliers, soit des intervenants, de la mobilisation des femmes ou des participants. Pour cette édition, nous sommes assez insatisfaites du résultat », s’est-elle exprimée. 
La présidente de la plateforme PAW, a précisé que la thématique invite les femmes à pouvoir s’outiller, parvenir à la réalisation d’un projet et devenir une femme gagnante.

Dans son intervention, le coordinateur du Système des Nations Unies au Gabon, a rappelé que parvenir à l’égalité des sexes et à autonomiser toutes les femmes et les filles, est l’objectif des Objectifs de Développement Durables (ODD) cinq (5) sur les dix-sept (17) portés par l’ONU. « Il faut concrétiser les ODD, ils ont un concept sur l’égalité des sexes qui vise explicitement à améliorer les vies des femmes et l’engagement des femmes pour faire du monde un endroit meilleur », a-t-il sollicité.