ACCUEIL > SOCIETE > Ouverture des travaux en commission de la plateforme revendicative des syndicats de la communication et de la culture


Ouverture des travaux en commission de la plateforme revendicative des syndicats de la communication et de la culture

  24 janvier 2017 à 11h54min 0 Commentaire(s)


Le ministre gabonais de la Communication et de la Culture, Alain Claude Bilié-Bi-Nze a ouverture lundi, à la maison Georges Rawiri (siège de la télévision nationale et de la radio nationale), les travaux de la commission chargée du suivi de la plateforme revendicative des syndicats des medias publics et de la culture déposée sur la table du gouvernement en décembre dernier.

« Les travaux prévus pour se dérouler sur 15 jours se feront finalement en 5 jours. Nous écourtons la durée en raison de l’élaboration de la loi de finance qui pourrait intégrer les conclusions de ces travaux », a déclaré M. Bilié-Bi-Nze, ouvrant les travaux.

Les travaux divisés en trois sous commissions, associes les experts des ministères du Budget, de la Fonction publique, du Travail, selon la décision instituant cette commission.
La sous commission chargée du traitement de la rémunération, aura pour mission de discuter des questions de salaires, alors que la sous commission chargée des statuts et de plans de carrière se penchera sur le statut des agents des médias publics et du département de la culture et des arts. Enfin la commission équipements de travail discutera des problèmes liés aux matériels de travail dans les différentes entités.

« Ces travaux devront nous clarifier sur le statut de certains agents de Gabon Télévision, de Radio Gabon par exemple qui ont des agents appelés collaborateurs extérieurs. Ils ne sont ni payé sur les crédits alloués par l’Etat, ni fonctionnaires », s’est interrogé le ministre de la Communication, ajoutant qu’ils y a aussi des agents au ministère de la Culture dont le statut n’est pas claire.

Regroupé en fédération, les syndicats de Gabon télévision, Radio Gabon, Africa n°1, l’Agence gabonaise de presse (AGP) et du ministère de la Culture et des arts, ont élaboré une plateforme revendicative dans laquelle, ils réclament notamment le paiement des arriérés de salaire, de prime, de l’apurement de la dette auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et l’équipement en matériel de ces différentes structures.