ACCUEIL > POLITIQUE > Ouverture officielle de la phase politique du dialogue


Ouverture officielle de la phase politique du dialogue

  19 avril 2017 à 00h51min 0 Commentaire(s)


Ouverture officielle de la phase politique du dialogue national : Politiques, co-facilitateurs....Et les médias ?

Même thématique, même objectif. Après la phase citoyenne, la phase politique du dialogue national démarre officiellement ce 18 avril au stade d’angondje. L’objectif majeure est de préserver la sérénité entre les populations et reconstruire les institutions pour l’avenir du Gabon. Avec une volonté, s’accorder ensemble.

La discrétion n’empêche pas l’efficacité. Si la phase citoyenne s’est faite très médiatique, il n’en ait pas avec la phase politique. Et pourtant, ce jour pour la plénière marquant l’ouverture officielle de la partie politicienne, tout le gotha politique est bien présent. Pour ne parler qu’en chiffre, c’est dans 1 des salles du 1e étage du stade d’angondje que ce sont réunis, 4 co présidents, 4 co vice présidents , 4 co rapporteurs, 4 co rapporteurs adjoints, 88 délégués majorité et 88 délégués opposition ( sauf absence), pour statuer sur le calendrier des travaux, la mis en place des commissions thématiques,
l’organisation des relations avec la presse avant de plancher sur les divers.

Au sortir de la plénière, les membres de l’opposition et ceux de la majorité ont rejoint chacune des 4 commissions pour débattre , comme cela se fera tout au long des assises, sur les différentes thématiques. Il est question pour eux d’arrêter de façon consensuelle des propositions issus de la phase citoyenne visant à consolider davantage la démocratie et l’État de droit, moderniser la vie publique, revisiter les institutions... Étant entendu, bien sûr, pour apaiser le climat social de façon à sortir le Gabon de sa crise du lendemain de l’élection présidentielle d’août dernier. 

Au-cours de ces assises, les politiques pourront également émettre des propositions. D’autant qu’il est vrai qu’il subsiste des dissensions entre eux sur plusieurs thématiques. L’ensemble des travaux se deroulera sous le regard, des cofacilitateurs nationaux et d’un cofacilitateur de l’Union africaine. C’est dire l’ampleur des attentes des populations au terme de cette phase et la nécessité des journalistes pour une meilleure visibilité médiatique, en vue de répondre à ces attentes.

Sauf que jusqu’ici, ladite phase semble très discrète pour les journalistes. Notamment cette plénière du 18 avril où il planait autour comme un parfum " secret défense ". Sans ironiser, la phase politique mériterait un meilleur éclairage, d’autant plus que les thématiques abordés sont les mêmes que celles de la phase citoyenne. En plus cela confirmera cette volonté du chef de l’État, Ali Bongo Ondimba dans son ambition de faire de ce dialogue, un dialogue national, véritablement " inclusif" et " sans tabous ".

Nathan Moore