ACCUEIL > ECONOMIE > Perspectives économiques 2019 : le Gabon devra atteindre 3% de croissance ainsi que les pays de la Cemac


Perspectives économiques 2019 : le Gabon devra atteindre 3% de croissance ainsi que les pays de la Cemac

  21 janvier 2019 à 23h38min 0 Commentaire(s)


Dans l’édition de janvier 2019 sur les Perspectives économiques mondiale élaborées par la Banque mondiale, les activités économiques des pays de la Cemac devraient s’accélérer pour atteindre 3% de croissance en 2019. Ceci aux vues de l’augmentation de la production pétrolière et de la hausse de la demande intérieure consécutive à l’assouplissement des mesures d’austérité budgétaire. Au Gabon, le taux de croissance cette année devrait atteindre 3% avant de stagner à 3.7% durant les années 2020 et 2021.

« On devrait observer un léger rebond de la croissance chez les exportateurs de métaux, soutenue en partie par une forte activité minière », indique la Banque.
Selon la banque, dans les pays pauvres en ressources naturelles, l’investissement public et une production agricole abondante devraient favoriser le maintien d’une activité robuste. Malheureusement, cette forte production risques gros aux vues des perspectives économiques qui s’annoncent plutôt lentes dans les pays de la zone euro et en Chine où la croissance devrait tomber à 6,2% en raison de la poursuite de rééquilibrages intérieurs et extérieurs. Ce qui pourra entraîner, selon la Banque mondiale, une baisse de la demande d’exportation et une diminution des investissements.

S’agissant des perspectives économiques pour l’Afrique sub-saharienne, elles devraient se renforcer à 3.4% en 2019 à la faveur, entre autres, de la diminution des incertitudes autour des politiques publiques et de l’accroissement des investissements dans les grandes économies. Sur le plan mondial, la Banque indique que les perspectives économiques pour cette année « se sont assombries ». 

L’édition de janvier 2019 des Perspectives économiques mondiales évoque une augmentation de la probabilité d’une croissance encore plus faible que prévu.
En termes de bilan pour l’année 2018, la Banque relève que la Cemac a tiré profit de l’année avec l’augmentation de la production pétrolière et la hausse du prix du pétrole sans oublier, entre autres, la production agricole, les services, l’investissement public ainsi que la consommation des ménages. Pour le Gabon, le taux de croissance est passé de 0.5% en 2017 à 2.0% en 2018.

L’Afrique sub-saharienne a connu une progression économique en passant de 2.6 en 2017 à 2.7 en 2018 bien qu’elles soient inférieures aux prévisions. 
« Après avoir tourné à plein régime au début de 2018, l’économie mondiale a perdu de la vitesse en cours d’année et le chemin pourrait être encore plus cahoteux en 2019.

L’intensification des vents contraires, économiques et financiers, auxquels sont confrontés les pays émergents et en développement risque de compromettre les progrès accomplis par la communauté mondiale dans la réduction de l’extrême pauvreté. Pour maintenir une bonne dynamique, les pays doivent investir dans le capital humain, promouvoir une croissance inclusive et établir des sociétés résilientes », a fait savoir Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale dans un communiqué publié le 8 janvier dernier.