ACCUEIL > SOCIETE > Pizolub, l’Etat a la rescousse.


Pizolub, l’Etat a la rescousse.

  20 février 2021 à 10h57min 0 Commentaire(s)

En 42 ans d’existence, c’est la première fois que l’Etat gabonais met la main à la poche pour sauver Pizolub dont il est actionnaire majoritaire, signe d’une crise profonde dans cette entreprise de production et de conditionnement de lubrifiants qui jusqu’ici était autonome.

En juillet 2020, après deux mois de salaires impayés, les employés de Pizolub sollicitent l’intervention du gouvernement dans cette affaire qui s’avère épineuse. L’entreprise qui ne produit plus est désormais en cessation de payement, une première depuis sa création malgré les nombreuses crises dans le secteur qui se sont succédées.

Comment arrive t-on là ?

Il faut remonter environ 8 mois en arrière, l’entreprise déjà en difficulté va sous la houlette de Guy Christian Mavioga prendre un virage tragique. Le Directeur Général va obtenir grâce à l’aide du DC du Président de la République, Brice Laccruche Alihanga un prêt de 3.5 milliards d’Ecobank pour lancer ses activités et produire des lubrifiants. En dehors de l’achat d’huile de base en trop grande quantité le reste n’aura concerné en rien Pizolub. D’abord la mobilisation du personnel en combinaison pour accueillir dans sa tournée en Ogooué Maritime le super DC Bla qu’il justifie en réunion avec ses collaborateurs comme l’arrivée du « futur président du Gabon ». Va s’en suivre des décisions étranges parce que « protéger par le système », embauches intempestives et fantaisistes, créations de délégations sans vision, construction de salle de classe, construction d’un nouveau laboratoire et de bureaux qui ne seront jamais livré. Le DG dépense beaucoup mais pas pour Pizolub comme le confirme le rapport accablant de l’audit réalisé en janvier 2021.

Dans cette mission de destruction de l’entreprise, il va embaucher son épouse laquelle occupe des fonctions dans chaque département de la société mais surtout en finance ou sa parole est au dessus du Daf. Il va promouvoir Azaria Pono Directeur Industriel et technique et là encore des décisions saugrenues comme celle le louer un compresseur alors qu’il n’y a pas de production plutôt que de faire réparer les compresseurs de l’entreprise, ce dernier va également procéder à la location de conteneurs et de cuves pour un coût sans précédents comme le confirme l’audit technique. La mobilisation du parc automobile de l’entreprise et du personnel ( liste de présence à l’appui) pour ses manifestations religieuses, la réception des chefs de quartiers et personnalités politiques pour des balades dans l’usine à coups d’enveloppes et de bouteilles de whisky, des missions injustifiées histoire de se taper des frais historiques, la détention d’une caisse opaque par la secrétaire particulière du DG, des retraits d’espèces de plusieurs millions de francs à Ecobank injustifiés, auront eu raison du crédit bancaire...

Alerté par toutes ces activités, le gouvernement par le ministère du Pétrole des mines et du gaz, prend les choses en main. Désormais il faut sauver le soldat Pizolub l’un des derniers fleurons nationaux, conscient de son importance dans le paysage socio-économique du pays, des décisions fortes sont prises. Jean-Marie Nkombé Wora est nommé Directeur Général en remplacement de Mavioga en novembre 2020.

L’homme, discret, totalise une trentaine d’années dans l’entreprise, il est un pur produit de Pizolub et connaît parfaitement la maison pour y avoir fait toutes ses classes. Une nomination saluée par les partenaires qui ont décidé de renouer le contact, il faut dire qu’ils avaient abandonné l’idée de poursuivre leurs collaborations sous le règne de GCM dépités par la gestion peu orthodoxe de ce dernier.

Pour accompagner le nouveau Directeur Général dans sa mission de redressement, le gouvernement va également nommer Michael Robert Aworet Azizet comme Directeur administratif et financier afin d’assainir la trésorerie de l’entreprise et les comptes trouvés dans un état lamentable. Tout porte à croire que c’est ce travail qui vaut au nouveau DAF des propos calomnieux et diffamatoires sur les réseaux sociaux. Qu’à cela ne tienne le gouvernement est bien décidé à remmener de l’ordre à Pizolub et place sa confiance dans les deux promus. Les audits lancés en janvier 2021 ont livré leurs conclusions, accablantes pour la précédente gestion qui n’a par ailleurs jamais accepté que les comptes soient audités par les commissaires aux comptes.

Le Ministère du Pétrole, du Gaz et des Mines, Ministère de tutelle de Pizolub et qui porte la voix de l’Etat gabonais avec en sa possession tous les rapports sur l’activité, met tout en œuvre pour que des actions concrètes soient opérées afin de sauvegarder cette belle industrie.

Gabontribune Gérémi Mba