ACCUEIL > SOCIETE > Pose systématique des sabots : une mesure mal accueillie par les usagers


Pose systématique des sabots : une mesure mal accueillie par les usagers

  4 juin 2018 à 22h09min 0 Commentaire(s)



L’opération de pose systématique des sabots sur les véhicules mal stationnés, initiée par la Préfecture de police de Libreville (PPL) et qui a débuté, ce Lundi 4 Juin, est mal accueillie par les usagers qui estiment qu’elle est inappropriée au regard du manque criard de parkings.

C’est au vu de la persistance des stationnements anarchiques des véhicules dans les communes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum, que la Préfecture de police de Libreville (PPL), a lancé, dès ce lundi, l’opération de pose systématique des sabots sur les véhicules délictueux. Des contraventions routières de 24.000 F CFA et plus sont prévues à l’encontre des contrevenants.

La mesure qui a pour objectif de mettre fin aux stationnements anarchiques, est mal accueillie par les usagers qui estiment que les autorités de la place mettent la charrue avant les bœufs. En effet, évoquant le manque de parkings à certains endroits dans les communes citées. Nombreux sont les automobilistes et usagers qui la (mesure) considèrent inappropriée.

Selon M. Mbembo, ‘’il n’est pas normal qu’on puisse mettre les sabots ainsi. Si cette mesure est appliquée, ce sont les gabonais qui en souffriraient. Regardez au centre-ville, il est quasiment impossible de bien stationner. On est souvent obligé de s’infiltrer quelque part. Et avec ça, on veut prendre des mesures’’, s’est-il insurgé.

Pour Rémi, Taximan, cette mesure viendra une fois de plus noircir le quotidien des véhicules à usages de taxi. ‘’Nous les taximen, nous sommes parfois désemparés, car nous ne savons plus ce que le mauvais stationnement signifie. Nous sommes interpellés partout où nous stationnons. Avec cette décision, nous n’allons plus prendre les clients vulnérables, tels que les handicapés, les personnes âgées et malades, parce que c’est souvent pour cette catégorie de personnes qu’il nous arrive de nous garer aux endroits peu recommandés’’, explique Rémi.

Au regard de la quasi absence de parkings dans les villes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum, la préfecture aurait gagné à faire davantage dans l’information et la sensibilisation. Le but étant d’aider les automobilistes et autres usagers à respecter le code de la route.