ACCUEIL > ECONOMIE > Près de 2 milliards de F CFA de subvention...


Près de 2 milliards de F CFA de subvention...

  19 avril 2018 à 21h31min 0 Commentaire(s)


Près de 2 milliards de F CFA de subvention pour le fonctionnement de trois aires protégées au Gabon

A l’occasion du lancement du programme de préservation de la biodiversité et des écosystèmes fragiles en Afrique centrale (ECOFAC 6), ce mercredi à Libreville, l’Union européenne (UE) et l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) ont signé un contrat de subvention supplémentaire à hauteur de 2.8 millions d’euros (près de 2 milliards de francs), pour le fonctionnement des aires protégées de la Lopé, de Waka et de Mayumba pour l’année 2018.

La convention a été signée par l’ambassadeur de l’Union Européenne au Gabon, Helmut Kulitz et le secrétaire exécutif de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) à l’ouverture des travaux de la première session du programme ECOFAC 6.

« L’objectif général de la 1ère session est de discuter de tous les aspects (politique, juridique, institutionnel et financier) inhérents à la mise en œuvre réussie du programme, en lien avec les objectifs définis, les attentes des États ainsi que celles des populations riveraines des aires protégées », a déclaré Le ministre délégué à l’Economie, Edwige Betah.
.
M. Helmut Kulitz, ambassadeur de l’Union européenne (UE), partenaire qui finance ce programme à hauteur de 71 500 000 euros, a indiqué, pour sa part, que cette 1ère session du Comité de suivi régional permettra d’atteindre plusieurs objectifs, notamment « de poursuivre son engagement en offrant 10 millions d’euros supplémentaire, en faveur d’ECOFAC 6 ; (…), de faire le bilan de l’état d’avancement des différentes sous composantes du programme ainsi que des défis en jeu (…) et finalement de recommander des solutions constructives contribuant à l’aboutissement des objectifs du programme ».

Le programme ECOFAC 6 rentre dans le cadre du Programme indicatif régional (PIR) du 11ème Fonds européen de développement (FED). Ce programme qui recouvre sept (7) pays de l’Afrique centrale est prévu pour la période 2016-2020, soit une durée de 5 ans.
Pour le secrétariat général adjoint de la CEEAC, Andres Edu Mba Mokuy, l’heure est à la mise en exergue de l’Économie de la conservation. « Si les premières phases d’ECOFAC, lancées dès 1992, se sont concentrées sur la conservation de la biodiversité, segment important du capital naturel du bassin du Congo, le Secrétariat général de la Communauté tient à ce que Ecofac6 confirme le passage à l’économie de la conservation, amorcée avec le programme ECOFAC 5 mis en œuvre de 2010 à 2015 », a-t-il indiqué. Une idée, partagée par la ministre déléguée à l’Économie, en réaffirmant l’engagement du Gabon dans l’Économie de la préservation.

« Il est temps de passer du capital naturel au capital productif des aires protégées afin que la part de la conservation dans l’économie du pays soit visible », a-t-elle conclu.