ACCUEIL > POLITIQUE > Prestation de serment des membres du CGE 


Prestation de serment des membres du CGE 

  2 mai 2018 à 23h05min 0 Commentaire(s)


Les membres du Centre gabonais des élections (CGE) ont prêté serment, ce mercredi, devant la Cour constitutionnelle et ont été renvoyés à l’exercice de leurs fonctions. Les élections législatives prévues en cette année 2018 constituent leur priorité.
La Cour constitutionnelle a reçu, ce mercredi 2 mai à Libreville, le serment des membres du Centre gabonais des élections (CGE), prêts désormais pour administrer les opérations électorales dans le pays après la suppression de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) à la suite d’un dialogue politique.

Moïse Bibalou Koumba, le président élu, et les six autres membres nommés à parité, par la majorité et l’opposition, ont officiellement pris leurs fonctions en prononçant le serment consacré à cet effet. « Je jure de remplir les devoirs de ma charge avec probité et impartialité, de respecter et de faire respecter la loi électorale, le suffrage universel, la démocratie pluraliste et de m’astreindre au secret des délibérations auxquelles j’aurai pris part dans l’exercice de mes fonctions, je le jure ».

Après avoir pris acte de leurs serments, la Cour constitutionnelle a renvoyé les sept (7) membres à l’exercice de leurs fonctions, les suggérant de s’assurer préalablement de tenir tous les leviers, logistiques, financiers et humains, avant de la saisir et décréter une date pour les élections.

L’air agacé par les interminables créations d’entités chargées d’organiser les élections, la présidente de la Cour constitutionnelle a rappelé aux promus le sens du serment prononcé, après avoir fait la genèse des structures qui se sont succédé. « Ça fait plus de 20 ans que cela dure… », a-t-elle lancé.

Marie-Madeleine Mborantsuo, qui veut croire à la fin de ce cycle, a dit trouver au président élu du CGE les attributs d’un homme qualifié pour faire l’unanimité. Sa formation et ses états de service au sein de la haute administration parlent pour lui, selon la présidente de la Cour constitutionnelle. « M. le président, nous espérons que vous ferez la différence », a-t-elle souhaité.

Le président du CGE qui s’est exprimé en marge de la cérémonie protocolaire a dit mesurer le sens de chaque mot prononcé dans ce serment. « Pour ce qui me concerne, en tant que magistrat, je pense, je pèse tous les mots qui sont à l’intérieur de ce serment », a-t-il assuré.
Le bureau du CGE a été installé en début d’après-midi par le ministre en charge de l’Intérieur, assurant l’expédition des affaires courantes, le gouvernement ayant rendu son tablier depuis hier.