ACCUEIL > FAITS DIVERS > Quatre trafiquants de peaux de panthères interpellés près d’Oyem


Quatre trafiquants de peaux de panthères interpellés près d’Oyem

  13 février 2019 à 22h06min 0 Commentaire(s)


Quatre trafiquants de peaux de panthères ont été interpellés en pleine transaction à Oyem, dans la province du Woleu-Ntem (Nord), le dimanche 10 février dernier, par les éléments des forces de l’ordre.

Les faits se sont déroulés dans la ville d’Oyem, dans un hôtel de la place. Les trafiquants, Yannick Biyogo Bi Nzé et Guy Bertrand Evoung, ont été pris en flagrant délit de détention et commercialisation de deux peaux de panthère, le dimanche écoulé, au village Assock Begue à 50 kilomètres de la ville. Après des fouilles à leur domicile, les agents ont également saisi une arme à feu de type calibre 12. 

Cette opération a été rendue possible, grâce à l’intervention des agents de la Direction générale de Recherches et des Eaux et Forêts, assistés par l’ONG Conservation Justice.
Interrogés, les présumés trafiquants citeront par la suite leurs complices, Mbombe Moukala et Benjamin Lembouandza, comme étant les chasseurs des deux panthères dont les peaux étaient sur le point d’être vendues.Toute chose ayant entraîné l’interpellation de ces derniers au village Assock Begue.

Les indélicats ont été conduits dans les locaux de la DGR pour une garde à vue en attendant leur déferrement au parquet. 
Selon l’ONG Conservation Justice, le braconnage pour les peaux de panthère, les ivoires et les queues d’éléphant se poursuit, malgré les multiples arrestations des trafiquants ces derniers mois. Les braconniers continuent d’exécuter ces deux espèces animales intégralement protégées, défiant de ce fait la loi qui protège ces espèces emblématiques de notre pays. Or, leur importance pour la régénération et l’équilibre de la forêt est bien réel, précise Conservation Justice.

Cependant, la collaboration entre l’ONG Conservation Justice et les autorités gabonaises consolide davantage la lutte pour la protection de l’environnement.