ACCUEIL > ECONOMIE > Réduction du train de vie de l’État : la présidence annonce la suppression de plusieurs postes dans l’administration 


Réduction du train de vie de l’État : la présidence annonce la suppression de plusieurs postes dans l’administration 

  27 juin 2018 à 21h29min 0 Commentaire(s)


Au cours d’une conférence de presse, animée ce lundi à Libreville et axée exclusivement sur l’éclairage de l’opinion sur les mesures relatives à la réduction du train de vie de l’État, décidées au dernier conseil des ministres, le porte-parole de la Présidence de la République gabonaise, Ike Ngouoni Aila Oyouomi a déclaré que plusieurs postes de nominations seront supprimés dans la nomenclature administrative.
Selon le porte-parole de la Présidence de la République, la réduction du train de vie de l’État va réaliser des économies de l’ordre de 70 milliards de francs CFA.
À la présidence, il s’agit notamment, des Réductions des chargés des missions, des conseillers politiques, des conseillers spéciaux.
Cette opération consistera également à la suppression des chargés de missions politiques, la suppression de tous les 2èmes adjoints (Directeur général adjoint 2, Secrétaire général adjoint 2 et directeur de cabinet adjoint 2) dans les administrations, la suppression du poste de chef de cabinet du ministre, la baisse considérable des membres des cabinets de l’administration de 24 à 16 membres, la suppression des rémunérations mensuelles des présidents des conseils d’administration (PCA) et la limitation de leur rémunération aux jetons de présence ainsi que la suppression de leur véhicules de services.
Le porte-parole de la Présidence gabonaise a également fait savoir que les rémunérations des anciens Présidents des institutions, des anciens Premiers ministres, vont connaître des réformes par la diminution de leurs charges et la diminution de leurs cabinets.

Outre ces mesures, Ike Ngouoni Aila Oyouomi a indiqué que d’autres mesures vont suivre dans plusieurs domaines, à l’exemple de la fiscalité. Ces mesures seront annoncées à nouveau au prochain conseil des ministres.

« Ce qu’il faut retenir, c’est le mouvement d’ensemble, cette dynamique globale, cette mécanique vertueuse que nous essayons d’enclencher à travers des mesures courageuses et audacieuses. C’est ce qui est à retenir aujourd’hui. En conséquence, tout cela va se faire dans un mouvement très rapide avec l’ensemble de la machine étatique qui va se mettre en branle pour faire rentrer en application plus rapidement toutes ces mesures » a-t-il déclaré.

Rappelons que les mesures qui ont été adoptées en conseil des ministres, le 21 juin dernier, sont le résultat des travaux de la « task force » sur les finances publiques, dont les assises, débutées au mois de mai dernier, ont pris fin le 20 juin au nord de Libreville. Le but étant d’améliorer significativement la performance des finances publiques, pour accélérer la réforme des finances de l’État en cours.

Il s’agit notamment du départ de manière automatique des agents ayant atteint l’âge de la retraite ainsi que les départs volontaires à la retraite, les diminutions de 15 % de décote à l’ensemble des Institutionnels et autres autorités administratives, de 10 % de décote sur les rémunérations des Cabinets, de 5 % sur les autres fonctions administratives.

Les réductions des effectifs des cabinets du président de la République, du Premier ministre, des ministres et du Secrétaire général du gouvernement et, des effectifs des Cabinets des autres Institutions et des Autorités Administratives indépendantes. La mise immédiate à la retraite des agents absents pour cause de maladie de longue durée.

L’examen des situations des agents publics en service dans les établissements publics et percevant une double rémunération. L’examen des situations administratives, avancement et reclassement après 2015, le gel des recrutements en qualité de contractuel hors statut des agents déjà à la retraite.