ACCUEIL > ECONOMIE > Rentrée parlementaire : L’économie, le social et la politique au menue


Rentrée parlementaire : L’économie, le social et la politique au menue

  22 février 2019 à 20h31min 0 Commentaire(s)


En prenant son bâton de pèlerin en tant que président de l’Assemblée nationale à l’occasion de la rentrée parlementaire de la 13e législature, le président de de cette institution, Faustin Boukoubi, a interpellé le Premier ministre, le 21 février 2019. Il faudrait davantage mettre l’accent sur l’économie, le social et la politique au profil des Gabonais.

L’épisode des longues mois d’attentes et d’atermoiement de l’élection des députés à l’Assemblée nationale est désormais un vieux souvenir. C’est ce qui se dénote de la cérémonie solennelle de rentrée parlementaire qui s’est déroulée le 21 février 2019 au Palais Léon Mba. En présidant cette session ordinaire dite de Lois, le président de cette chambre du parlement a demandé au Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, d’agir, et de régler avec vigueur, rigueur les difficultés relatives à l’économie, à la politique et au social.

S’il reconnaît que comme la plupart des pays du monde, le Gabon a également été victime des affres de la crise financière mondiale, Faustin Boukoubi assure qu’il y a nécessité de s’attaquer à ces questions afin de créer de meilleurs conditions de vie et d’épanouissement pour les Gabonais. Mais au-delà, il est question d’aider au développement intégral du pays.

« Nous voyons poindre depuis quelque temps, il faut le reconnaître, des problèmes multiformes qui affectent de nombreux domaines d’activité et dont la prégnance perturbe la quiétude habituelle de nos populations, désormais en proie à des interrogations diverses », a déclaré le président de l’Assemble nationale. « Ces problèmes, nous devons nous y attaquer avec rigueur et vigueur, afin de préserver l’édifice institutionnelle de tout dommage et de garder sauve, la stabilité traditionnelle de notre pays », a-t-il dit, précisant que du haut de sa fonction, il veillera à la recherche d’une grande compétitivité économique pour le Gabon.

Le président de l’Assemblée s’est félicité des réformes budgétaires assurant qu’elles demeurent compatibles avec la satisfaction urgente de l’intérêt général des Gabonais. Par ailleurs, l’ancien Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG), regrette le fait que malgré les différents programmes lancés par le chef de l’Etat, dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, la grogne sociale et les déséquilibres persistent.

Dans le sens de trouver des solutions, Faustin Boukoubi a exhorté le Premier ministre à prendre des mesures urgentes en vue de la régularisation des situations administratives des fonctionnaires en attente des postes budgétaires. Il a, en outre, invité à assurer l’augmentation des capacités d’accueil dans les universités du pays et d’améliorer les services relatifs à la fourniture d’eau et d’électricité, entre autres.

« Pour clore ce chapitre, il n’échappe à personne que dans l’immensité des besoins sociaux, la réduction du coût de la vie, la praticabilité de nos routes et même de nos voiries urbaines en toutes saisons, avec un mécanisme d’entretien constant, ainsi que la problématique de transport de tous types, la mise à disposition de terrains viabilisés, pas forcement des maisons souvent inappropriées, sont des priorités indéniables », a-t-il indiqué, non sans toucher un mot de la politique.

De ce fait, l’apaisement derniers processus électoraux démontrent, selon lui, que le pays est sur la voie de la démocratie. Il faut donc le dialogue et afin d’aplanir les rivalités.