ACCUEIL > SPORTS > Reprise championnat national D1 et D2 : « Les pouvoirs publics ont dix jours pour prendre une décision » (Brice Mbika Ndjambou) 


Reprise championnat national D1 et D2 : « Les pouvoirs publics ont dix jours pour prendre une décision » (Brice Mbika Ndjambou) 

  11 mai 2018 à 19h08min 1 Commentaire(s)


C’est l’échéancier donné par le président de la Ligue nationale de football professionnel (Linafp), Brice Mbika Ndjambou, au ministre d’Etat, chargé des Sports, Alain Claude Bilié-By-Nzé, à l’occasion d’une rencontre qui s’est tenue, jeudi, au palais des Sports de Libreville.

« Comme nous l’avons expliqué au ministre des Sports, les pouvoirs publics ont dix jours pour prendre une décision quant à la reprise des compétitions en D1 et D2 », a fait savoir Brice Mbika Ndjambou au ministre des Sports.

Passé cette date, a-t-il martelé, il sera difficile de faire rejouer les deux compétitions, en raison de la Coupe du monde qui débute le 14 juin prochain en Russie.

Pour sauver les meubles, la Linafp a fait des propositions « concrètes » au ministre d’État en charge du Sport. Conscient de l’énorme retard accusé depuis l’arrêt des deux championnats, Brice Mbika, s’est voulu réaliste : « Nous ne pouvons plus, envisager l’organisation d’un championnat en respectant le calendrier initial et le budget prévu à cet effet », a-t-il souligné.

Voulant absolument éviter une année blanche qui pourra avoir des effets collatéraux sur l’ensemble des compétitions domestiques, une solution a donc été proposée à Alain-Claude By-Nzé, celle de ne jouer que les sept dernières journées restantes de la phase aller. Cette phase finie, la Linafp propose également de mettre en place un système de play-off avec quatre ou six clubs. Pour le président de la Linafp : « C’est un système qui serait organisé sur un maximum de cinq semaines et obligerait un réajustement des sommes dues, qui doivent être versées aux clubs », a-t-il expliqué.

Très préoccupé par la situation, M. Mbika Ndjambou a indiqué à son interlocuteur : « Il faut sauver la saison. Car, une année blanche en D1 et D2, implique aussi, une année blanche sur les autres compétitions. Alors que ces dernières se sont correctement déroulées », a conclu le patron de la Linafp.

Les préoccupations émises par ce dernier sont également celles de l’Association des clubs d’élites qui participaient également à cette rencontre.

Si la date du 20 mai prochain, présentée comme butoir par la Linafp et les présidents de clubs, Alain-Claude Bilié-By-Nzé, et son équipe entendent d’abord étudier toutes les solutions possibles. « Je ne peux vous donner de réponses en ce moment. Mais nous ferons tout pour trouver des solutions qui honorent le sport et l’État », a rassuré le nouveau patron des Sports. D’ailleurs, il a promis qu’une rencontre aura lieu sous peu, une fois le ministère aura étudié chaque éventualité.

Pour mémoire, les deux championnats nationaux (D1 et D2) sont en arrêt, depuis le 16 mars 2018, en raison du non paiement de la subvention de l’État.