ACCUEIL > CULTURE > Salon international du livre et des arts de Libreville / 3e édition.


Salon international du livre et des arts de Libreville / 3e édition.

  2 avril 2015 à 00h05min 0 Commentaire(s)


Pour un hommage appuyé à China Acheba.

Il s’agit surtout pour le comité d’organisation de cette 3e édition, de lui donner un cachet spécial en revêtant un caractère international.
La 3e édition du salon international du livre et des arts de Libreville (SILAL), qui voit la participation effective de dix (10) pays africains à savoir : Benin, Burkina Faso, Cameroun, Cote d’Ivoire, Mali, Nigéria, RD Congo, Sénégal, Togo et Gabon, a donné son coup d’envoi ce mercredi 1er avril 2015 à l’esplanade de la maison Georges Rawiri sis au boulevard triomphal, en présence du Premier ministre chef du gouvernement le Pr. Daniel Ona Ondo.

Tout en souhaitant préalablement la bienvenue à ses invités, la présidente du SILAL Sylvie Ntsame, n’a pas manqué de manifester sa joie au regard de l’envergure que prend en ce moment ce salon, lequel enregistre dans cette 3e levée, la participation d’une dizaine de pays Africains, signe évident de maturité. Occasion de rappeler l’objectif premier du SILAL qui est a-telle dit, de faire prendre conscience à tous de la richesse et surtout de la diversité du patrimoine culturel et artistique d’aujourd’hui, ce afin d’encourager les échanges culturels et interculturels entre les pays du sud.

A la suite du ministre de la culture, des arts et de l’éducation civique Martial Rufin Moussavou, qui a relevé que le caractère positif de cette rencontre qui a pour qualité de favoriser les échanges culturels sud-sud, le premier ministre le Pr. Daniel Ona Ondo, a salué la perspicacité du comité d’organisation de cette 3e édition du SILAL qui selon lui, a tenu a rendre hommage à China Achebe, écrivain Nigérian de son vrai Nom Albert Chinua Lumogu Achabe, dont l’oeuvre "le monde s’enffondre" aura marqué l’esprit de plus d’un lycéen d’hier et même d’aujourd’hui.

Tout en rassurant les uns et les autres de la disponibilité du gouvernement à toujours accompagner de telles initiatives, le premier ministre a lancé un appel pressant en direction des intelligences afin de faire de Libreville la capitale, un pole culturel par excellence en vue de coller à la vision du président de la république Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba qui prone la redynamisation de la culture gabonaise.