ACCUEIL > FAITS DIVERS > Secteur forestier : Deux Directeurs Généraux chinois aux arrêts et un troisième en liberté provisoire à Makokou


Secteur forestier : Deux Directeurs Généraux chinois aux arrêts et un troisième en liberté provisoire à Makokou

  7 mai 2017 à 22h55min 27 Commentaire(s)


 
Chen Wenxing et Claude Liu, deux patrons de « Majors » chinoises du secteur forestier dans l’Ogooué-Ivindo sont depuis vendredi après-midi à la maison d’arrêts de Makokou. A la suite d’une mission de Police Forestière du CAF soutenue par l’ANPN et Conservation Justice, il a été révélé de nombreuses et graves exactions de la part de leurs entreprises, en l’occurrence WCTS et KHLL. Leur compatriote Wang Yang, Directeur de Sunry Gabon, a lui bénéficié d’une liberté provisoire.
 
C’est un véritable coup de tonnerre dans l’univers forestier gabonais. Le Procureur de la République Près le Tribunal de Première Instance de Makokou a placé sous mandat de dépôt deux directeurs généraux de « Majors » chinoises. WCTS et KHLL incarnent sans doute la puissance chinoise et la prise en otage par les ressortissants de l’Empire du Milieu des forêts gabonaises.

Ces deux entreprises sont surtout accusées d’avoir commis de fautes graves dans la gestion des forêts qui leur ont été confiées par le Gabon et d’importantes exactions contre l’économie, la biodiversité et les travailleurs.
 
En effet, une mission du Contrôle d’Aménagement Forestier dirigée par le Colonel David Inqueza et qui a mobilisé du 16 au 28 avril dernier soixante Ingénieurs et techniciens des Eaux et Forêts, écogardes, gendarmes et juristes de l’ONG Conservation Justice, a permis de mettre à nue ce qu’il est raisonnable d’appeler « la mafia forestière » dans l’Ogooué-Ivindo.

Les rapports démontrent que WCTS, KHLL et les grosses entreprises forestières détenues essentiellement par des asiatiques ont consciemment triché. Il leur est reproché plusieurs forfaits dont : exploitation sans titre, marteau forestier non authentifié, exploitation en zone de conservation, exploitation sous diamètre d’essences, exploitation des essences interdites, exploitation en dehors des limites fixées, non respect de l’ordre de passage des UFG (Unités Forestière de Gestion) et AAC (Assiettes annuelles de Coupe).

WCTS de Chen Wenxing a par exemple entamé l’exploitation dans l’UFG 4 et les AAC programmées pour 2023-2034. L’entreprise a donc vendu du bois illégalement coupé, pour plusieurs milliards de CFA.

KHLL s’est surtout illustré dans l’exploitation de bois « interdit de coupe » dans son permis mais aussi la surexploitation par rapport aux Plans Annuel d’Opération. Une simulation de l’expert en économie forestière qui a accompagné le CAF a démontré que l’entreprise de Claude Liu a gagné au moins plus de 2,7 milliards de CFA sur une année.
 
Face à tous ces constats, et après avoir regardé longuement les dossiers qui lui avaient été remis une semaine plus tôt par le Colonel David Ingueza, Madame le Procureur de la République a décidé ce vendredi d’entendre les chefs d’entreprises. Les faits reprochés à ces patrons étant suffisamment graves, elle a du placer sous mandat de dépôt Chen Wengxing de la société WCTS.

Elle a ensuite ouvert une information judiciaire pour les cas KHLL et Sunry. Et c’est donc le juge d’instruction en charge de ces dossiers qui a placé Claude Liu, le directeur général de KHLL sous mandat de dépôt. Le même juge a mis en « liberté provisoire » avec une interdiction formelle de quitter la province de l’Ogooué-Ivindo le responsable de Sunry Gabon Wang Yang.
 
Les dossiers qui ont permis de condamner les chefs d’entreprises chinois montrent également qu’il y a des ramifications entre ces entreprises et l’administration publique, en l’occurrence l’administration des Eaux et Forêts sans laquelle la sortie de bois et son transport vers les usines et les ports est impossible.

Il faudrait donc que le Directeur Provincial et ses collaborateurs répondent à un certain nombre de questions que suggèrent la mise aux arrêts des entrepreneurs chinois et notamment des patrons de WCTS, KHLL et Sunry Gabon dont le sort vient de basculer à Makokou.