ACCUEIL > ECONOMIE > Séminaire de renforcement des capacités des parlementaires gabonais dans la lutte contre la corruption


Séminaire de renforcement des capacités des parlementaires gabonais dans la lutte contre la corruption

  15 septembre 2017 à 08h20min 8 Commentaire(s)


Séminaire de renforcement des capacités des parlementaires gabonais dans la lutte contre la corruption dès mardi prochain 

Libreville, 14 septembre 2017 : CNLCEI :- Dans la cadre de la présentation officielle du rapport définitif du premier cycle d’examen du Gabon en lien avec l’application de la Convention des Nations-Unies contre la Corruption, les deux chambres du Parlement (Sénat & Assemblée Nationale) organisent, mardi et mercredi prochains à Libreville, des séminaires de renforcement des capacités destinés aux élus desdites institutions.

Le sujet a été abordé, ce jeudi , lors de l’audience accordée par le président de l’Assemblée Nationale, Richard Auguste Onouviet, au président de la Commission Nationale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (CNLCEI), Dieudonné Odounga Awassi.

Les deux hommes -dont c’était la toute première rencontre- ont évoqué les aspects liés à l’organisation et l’intérêt du séminaire qui sera animé par un expert de l’ Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), gardien de la Convention des Nations-Unies contre la Corruption.

Ainsi, le programme prévoit, mardi 19 septembre 2017 à 10 H, une présentation du Rapport définitif du Gabon par l’ONUDC devant les députés.

Mercredi 20 septembre à 10H, les Sénateurs accueilleront , à leur tour, l’expert de l’Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime.

Le rapport définitif contient des recommandations à l’État gabonais pour l’intégration dans son droit interne de certaines dispositions de la Convention des Nations-Unies contre la Corruption afin de mieux réprimer les atteintes à la gouvernance économique et financière.

Parmi ces dispositions figurent : "la corruption des agents publics nationaux , la corruption des agents publics étrangers et des fonctionnaires d’organisations internationales publiques (...) l’abus de fonctions , l’enrichissement illicite , la corruption dans le secteur privé (...) l’entrave au bon fonctionnement de la justice , le gel , saisie et confiscation, la protection des témoins, des experts et des victimes ; la protection des personnes qui communiquent des informations (…), le secret bancaire , la coopération internationale , l’extradition, l’entraide judiciaire(…)".

Il est également prévu l’élaboration d’une loi spéciale anti-corruption dans le cadre de la Stratégie de Lutte contre la Corruption et le Blanchiment des Capitaux.

Un vaste chantier qui témoigne , selon le président de l’Assemblée Nationale, de l’ "estime que l’ONUDC accorde au Gabon" avant d’ajouter que la deuxième chambre du parlement "attend les nouveaux projets de loi" relatifs à la croisade anticorruption".

Richard Auguste Onouviet était entouré , pour la circonstance des vice-présidents Jean-Richard Sylong et Paul Mba Abessole.