ACCUEIL > CULTURE > Sortir la culture Gabonaise de sa léthargie.


Sortir la culture Gabonaise de sa léthargie.

  21 octobre 2014 à 00h28min 0 Commentaire(s)


C’est l’ambition que partage le nouveau Ministre de la Culture Ruffin Moussavou, et la nouvelle association des artistes dénommée "corporation des artistes Réunis".
Avec pour vocation de réunir toutes les corporations artistiques, d’écrivains et d’acteurs culturels du Gabon, la nouvelle association dénommée "Corporation des artistes réunis" (CAR), a décliné dernièrement au Ministère de la Culture des Arts et de l’Education Civique, auprès de Ruffin Moussavou qui l’a reçu, sa philosophie destinée à assurer sa promotion des différentes expressions artistiques et culturelles du Gabon, et également de faire en sorte que "les artistes soient officiellement reconnus comme des professionnels à part entière et non pas mis à part.

La composition du nouveau bureau reflète déjà cet idéal rassembleur de plusieurs sensibilités artistiques : Dominique Douma (dramaturge-auteur-compositeur-écrivain, Président, Vyckoss Ekondo, (auteur compositeur), vice Président, Eric Joel Békale vice Président écrivain, secrétaire général ; Makaya Mack-Joss (auteur compositeur), trésorier : Michell Ndoulou (auteur compositeur), délégué a la communication.

Le CAR, ont dit ses membres au Ministre Ruffin Moussavou, veut susciter une dynamique à partir de la mise en place d’une structure qui va se charger de fédérer les préoccupations et les objectifs communs des artistes écrivains et acteurs culturels, afin de mieux les élaborer, les présenter et les défendre auprès des autorités compétentes. D’où leur souhait d’être une force de proposition susceptible d’aider le Président de la république et le gouvernement à définir les politiques culturelles et à les mettre en oeuvre.

Percevant la pertinence et la justesse de la vision de cette nouvelle structure qu’est le CAR, le Ministre Ruffin Moussavou a dit comprendre et mesurer la détresse des créateurs des oeuvres de l’esprit, et de leur désir de sortir de leur situation de précarité, malgré les talents qui leur sont reconnus. Il devrait donc exprimer son enthousiasme devant la collaboration que lui offre le CAR, et promettre à son tour, de se soutenir et d’appuyer ses initiatives. Et ce dans la mésure des moyens de son département.

Il a conseillé à ses interlocuteurs de retravailler avec plus d’acharnement à la fédération de tous les doléances des artistes, tous corps confondus, pour les traduire en projets réalisables et au finish, sortir la culture gabonaise de sa léthargie.