ACCUEIL > CULTURE > Spectacle : Annie-Flore Batchiellilys fait un carton


Spectacle : Annie-Flore Batchiellilys fait un carton

  11 novembre 2015 à 22h09min 0 Commentaire(s)


A l’occasion de ses trois concerts-retour ce week-end à Libreville, dont l’un en faveur des enfants, hier après-midi à l’espace culturel des éditions Amaya, l’artiste chanteuse-musicienne a réalisé à quel point elle avait manqué au public, tant les Librevillois avaient massivement effectué le déplacement à ces différents rendez-vous.

C’ÉTAIT le temps des retrouvailles. Telle l’ambiance de bonheur et de gaieté qui rythme habituellement le retour d’un enfant prodige au milieu des siens, les concerts d’Annie-Flore Batchiellilys, artiste chanteuse-musicienne gabonaise dont la renommée a dépassé les frontières nationales, ont suscité plus d’émotions et de bonne humeur qu’on ne l’imaginait. Les deux premiers, vendredi et samedi soir à l’Institut français, et le troisième, hier après-midi à l’espace culturel des éditions Amaya aux Charbonnages, à l’endroit des enfants.

Pour ces spectacles-retour, la princesse de Mighoma a, sans doute, réalisé à quel point elle avait manqué au public. Massivement, les Librevillois avaient marqué leur présence à ces différents rendez-vous, en dépit de la pluie qui s’abattait sur la capitale à chaque fois.

Avoir sur scène, pendant plus de deux heures, une telle figure incontournable de notre musique, après trois années d’absence, ne pouvait que donner envie d’aller voir ce qu’elle pouvait bien réserver. A coup d’anciennetés et de nouveautés, Annie-Flore avait su retrouver la communion qui la lie depuis plus de 20 ans au public. Il lui a juste suffi de lancer le titre "Mulimbu" pour tout déclencher.

Ce ne sont d’ailleurs pas les chansons "Kodu na Kodu", "Afrique mon toit", "Diboty", "Si, sy, six mois", ", "Mi rondi", "Le chant c’est mon champ" ou encore "Bisse Ngabu" qui auraient pu apporter la preuve du contraire. Car, en plus des choristes prévus pour la circonstance (Rose Eliane, Laurianne Ekondo, Sonia Gningone et Ali Saïd Boussougou) et les membres de la chorale la Coch, le public s’est également joint aux chœurs.

L’exécution de la chanson "Désespoir" avec Angèle Assélé, la remise d’un bouquet de fleurs par Mackjoss et la bénédiction de Pierre Akendengue ont été autant d’éléments qui ont davantage ajouté de la dimension à ces moments.

Dans la poursuite de sa carrière, Annie-Flore Batchiellilys prépare la sortie, d’ici fin décembre, de son 8e album "A l’angle de mon être". Plusieurs titres ont même été exécutés au cours de cette soirée. "Ifumbe" et "Papa Akendengue" ont été parmi les plus appréciés. Sur un air mélancolique, l’artiste a établi des compositions musicales, que Naneth et les choristes l’ont aidé à chanter à l’endroit de celui qui continue de porter très haut le flambeau de la musique gabonaise.

Dans ses projets, Annie-Flore Batchiellilys se prépare à organiser, en juin 2017, un grand concert qui réunira les grands noms et standards musicaux du monde. « Pour cela, je lance un appel à l’État. Plutôt que de recevoir mes droits d’auteur de manière pécuniaire, je souhaiterais que ce soit sous forme de troc consistant à me céder le stade d’Angondjé pour cette circonstance », a-t-elle expliqué.

Pour cela, un album "Paroles sans frontières" est déjà en gestation. Il se proposera de reprendre les grands classiques en ipunu, à l’instar de Ray Charles, Elton John, Miriam Makeba, Youssou N’dour, etc.