ACCUEIL > SOCIETE > Supposés enlèvement à Libreville : Deux morts, des blessés et des suspects arrêtés


Supposés enlèvement à Libreville : Deux morts, des blessés et des suspects arrêtés

  28 janvier 2020 à 23h28min 0 Commentaire(s)


Libreville, la capitale Gabonaise a vécue ces derniers jours sous la psychose, du fait des supposés enlèvements d’enfants à des fins fétichistes. Cette situation savamment entretenue, selon le gouvernement par une main invisible dans le but de semer le doute, la peur et la panique au sein de la population gabonaise, a malheureusement endeuillée des familles Gabonaises. Deux personnes ont perdues la vie du fait d’une justice populaire qui s’est faite sur des innocents, et l’on déplore deux morts.

Il s’agit de Stanislas Mba Ngoua, qui a eut le malheur d’être ce vendredi là au mauvais endroit au mauvais moment. Le second est Gervais Patrick Obama Eyeghe fonctionnaire de la Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCC), qui allait chercher ses enfants à l’école, lynché ce jour là par une foule surexcitée, qui a en suite détruit son véhicule. Conduit au Centre Hospitalier Universitaire de Libreville(CHUL), il a succombé samedi matin à ses graves blessures. Cette situation de confusion a donc conduit depuis lors, à de nombreuses arrestations. Au moins dix sept suspects sont actuellement en garde à vue pour des nécessités d’enquête.

Une source proche de ce dossier fait état de ce que les éléments de police judiciaire procèdent en ce moment au visionage des vidéos en leur possession, pour mieux décortiquer les faits relatant des actes de criminalité afin d’identifier les évènements et d’en établir les responsabilités, chacun devant répondre de ses actes devant la justice.
Face à cette grande psychose qui a envahit le pays en quelques jours, le gouvernement de la République a donc réagit en mettant en place des mesures urgentes, notamment une sécurité renforcée aux abords des établissements scolaires, ainsi que dans les artères des grandes villes du pays.

Une pratique qui viendrait dissuader les éventuels frotteurs de troubles qui se sont illustrés pendant ces derniers temps à Libreville, en incitant les populations à la justice populaire.

Notons que cette situation a paralysé les enseignements du pré-primaire au secondaire, pendant plusieurs jours. Les parents ont tout simplement gardé leurs enfants à la maison, attendant de voir plus clair.

Gabontribune / Joel Tatou