ACCUEIL > ECONOMIE > Suppression de plusieurs agences par le Conseil des ministres


Suppression de plusieurs agences par le Conseil des ministres

  18 novembre 2018 à 16h57min 0 Commentaire(s)


Le premier Conseil des ministres présidé ce vendredi 16 novembre 2018 par le Vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou, a annoncé la suppression de plusieurs agences au Gabon.

Le Conseil des ministres de ce vendredi, rendu public par le porte-parole du Gouvernement, Guy-Bertrand Mapangou a décidé de supprimer plusieurs agences qui avaient été créées durant le premier mandat (2009-2016), du président gabonais, Ali Bongo Ondimba. 

La Société Nationale du Logement Social (SNLS) a été dissoute et fusionnée à la Société Nationale Immobilière (SNI). L’Agence Nationale de Sûreté et Sécurité Nucléaire a été supprimée et certaines de ses missions ont été transférées à la Direction générale de l’Environnement, d’une part, et à la Direction générale de la Sûreté et Sécurité Nucléaire, d’autre part. 

L’Autorité de Régulation des Produits Agricoles du Gabon (ARPAG) a été supprimée et ses missions transférées à la Direction Générale de l’Agriculture.
Le Fonds Forestier aussi a été supprimé et ses missions transmises à l’Agence d’Exécution des Activités de la Filière Forêts-Bois (AEAFFB). 
La Commission nationale de Développement Durable a été supprimée et ses missions transférées au Conseil National Climat. 

L’Agence Nationale des Pêches et de l’Aquaculture a été supprimée et ses missions de protection et de surveillance transférées à l’Agence Nationale de la Préservation de la Nature (ANPN). Les missions de régulation quant à elles sont transférées à la Direction Générale de la Protection de la Nature. 

En effet, à travers la création de ces agences, le Chef de l’Etat gabonais voulait faire bouger les choses et surtout faire bouger l’administration publique où une certaine lenteur dans l’exécution des tâches était perceptible presque à tous les niveaux.

Malheureusement, au fil des années l’efficacité de ces agences s’est avérée limitée. L’opposition gabonaise avait toujours réclamé la dissolution de ces agences.
Les compétences des agences dissoutes (liste dans les prochains articles) ont été transférées à l’administration de tutelle. Les personnels sont remis à leurs administrations d’origine.